Situation sécuritaire : Le CFOP lance un appel aux FDS de ne pas quitter les rangs

0
POINT-DE-PRESSE-DU-CFOP-DU-MARDI-26-NOVEMBRE-2019

Le chef de file de l’opposition politique, (CFOP) a animé une conférence de presse, le mardi 26 novembre 2019, à Ouagadougou. Trois points ont été abordés à l’ordre du jour notamment, l’aggravation de la crise sécuritaire, les rumeurs sur le refus du Président du Faso à signer des accords avec la France.

Les nombreuses attaques terroristes que subi le Burkina Faso ont fait de lui désormais une destination à éviter. Indexer par les pays comme la France et les Etats -Unis comme une « Zone rouge », cette situation préoccupe le chef de file de l’opposition politique (CFOP) qui n’a pas manqué d’exprimer son désarroi lors de sa traditionnelle conférence de presse. En effet ces deux pays auraient pris la décision d’alerter leurs citoyens vivants au Burkina Faso sur la gravité de sa situation sécuritaire –l’ambassade des Etats-Unis au Burkina a décidé de rapatrier les enfants de son personnel.

Au regard de cette situation, Mahamoudou Dicko, président de la NAFA a laissé entendre que la publication de la France et la décision des États-Unis nous font mal, mais en pareille circonstance ce n’est pas le thermomètre qu’il faut casser mais c’est la fièvre qu’il faut soigner. Avant de poursuivre par ailleurs que, ce n’est pas l’heure de pleurnicher parce que les autres nous fuient. Mais plutôt, c’est l’heure de s’armer de courage et de nous dire que notre salut viendra de nous -mêmes. Toutefois, il estime que le problème majeur du pays vient du pouvoir MPP et ses alliés. Les burkinabé ont confié la destinée du pays à un pouvoir incompétent, qui est en train de détruire les fondements du pays, soutien-t-il.

Au moment où le pays est frappé de plein fouet par le terrorisme, l’opposition dit avoir pris connaissance d’une note dite CEMGA, qui suspend l’examen des demandes de démissions et de disponibilités. A entendre les conférenciers du jour, cela prouve que de nombreux membres des forces de défense et de sécurité sont en train de quitter les rangs. C’est ainsi que l’opposition a lancé un appel solennel à tous les membres des forces de défense et de sécurité pour leur demander de ne pas abandonner le navire dans ces moments difficiles de la vie de la nation. C’est pourquoi l’opposition dit ne pas être contre le principe de recrutement des volontaires de la défense.

En outre, l’opposition a aussi démenti la rumeur selon laquelle le président du Faso aurait refusé de renouveler des contrats militaires et financiers avec la France pour une période de 75 ans. Pour elle, cette rumeur est savamment distillée par des laboratoires du MPP pour donner de fausses croyances à l’opinion. « Il s’agit d’un gros mensonge véhiculé par le MPP. Il n’existe pas de contrat sur le FCFA que le président a refusé de signer ou de renouveler » a martelé Mahamoudou Dicko.

Flore KINI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.