Situation nationale : le mouvement « je suis Burkina » initie un pré dialogue social

0
Situation nationale : le mouvement « je suis Burkina » -initie -un -pre -dialogue- social

Le mouvement « je suis Burkina » a procédé a l’ouverture officielle de sa tournée dans les treize régions du Burkina Faso pour engager toutes les sensibilités dans un pré dialogue social non partisan et sans discrimination aucune. Cette tournée se tient sous la présidence de Me Alidou Ouédraogo. C’était le jeudi 14 novembre 2019 a Ouagadougou.

Situation nationale : le mouvement « je suis  Burkina » initie un pre dialogue socialC’est sous le thème général : « je suis Burkina »,je contribue pour la construction de ma nation que ce tiendra cette tournée régionale. En effet, selon Abdoul Aziz Bougma, coordonnateur, seront invités à ces pré dialogue, les gouverneurs, les présidents de conseil régionaux, les représentants de partis politiques, les maires, les autorités coutumières, les FDS, les parents des victimes des attaques terroristes et de l’insurrection…toute personne qui pourrait contribuer à enrichir les travaux.

En outre, le coordonnateur relève que des sous thèmes la paix durable, la sécurité nationale, la cohésion sociale, la réconciliation, la solidarité, le civisme seront également au cœur des échanges. Qui, à l’en croire auront pour finalité de faire un plaidoyer auprès du président du Faso pour obtenir la convocation d’un dialogue nationale. Les objectifs spécifiques sont entre autres de rassembler dans chaque région des hommes et des femmes sans aucune considération ethnique, religieuse, politique ou sociale pour aller dans la même direction, de susciter aux populations l’envi du débat inclusif et l’intéressement à la cause nationale afin d’avoir une mobilisation pour la défense de la patrie, d’amener les populations à se parler et à dire ce qu’il faut comme remède aux maux qui minent le pays.

Abondant dans le même sens, le parrain Alidou Ouédraogo, a fait savoir que la question actuelle est de savoir qui nous sommes en ces moments de turpitudes que traverse le pays. C’est pourquoi, il a invité l’ensemble des parties prenantes, à un dialogue franc et inclusif. Car, dit-il : « c’est la rupture du dialogue qui fait que la fracture est profonde. Il y’a des personnes qui ne se parlaient point, qui ne se tendaient pas la main mais qui ont tout laissé pour participer à ce dialogue ». Tout en saluant l’initiative de ce mouvement, il a souhaité plein succès pour les travaux.

Wendemi Annick KABORE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.