RETRAIT DES ENFANTS ET JEUNES EN SITUATION DE RUE : Un défi à relever

0
Exif_JPEG_420

Dans le cadre de l’opération de retrait des enfants et jeunes en situation de rue, le ministère de la Femme de la Solidarité nationale et de la Famille a organisé le 09 Aout 2018 à Ouagadougou une rencontre. L’objectif a été d’échanger sur le retrait des enfants de la rue avec les volontaires concernés.

Remise de kit à un chef d’équipe

En vue de prémunir les enfants contre les nombreux dangers de la rue et leur assurer une saine éducation, le ministère de la Femme de la Solidarité nationale et de la famille, Marie Laurence Marshall/ Ilboudo a organisé une rencontre avec les agents de son ministère. L’objectif de la rencontre a été de   constituer les équipes, discuter avec ces dernières et aller sur les sites pour voir le cadre dans lequel les enfants seront accueillis. «  Nous avons organisé cette visite de terrain afin de  faire connaitre à l’opinion que nous avons tenu  à ce que ces sites soient viabilisés pour la dignité, la protection des enfants au Burkina Faso » a-t -elle signifié.

Selon la ministre, le retrait des enfants en situation de rue n’est pas un programme de répression, de violences aux enfants. C’est une opération qu’ils donnent aux enfants de la rue afin de les forger à devenir de meilleurs adultes. « Je suis plus ou moins satisfaite de l’engagement des acteurs  puisque ceux qui sont là, sont des volontaires et nous constatons qu’il y a des gens au Burkina qui font laisser l’intérêt personnel au détriment de celui des enfants » opine-t-elle.

Par ailleurs, elle a laissé entendre que pour cette opération, c’est un budget de moins de 400 millions qui a été prévu (l’opération coûte cher il faut éduquer, nourrir, loger… ces enfants). Mais nous comptons beaucoup sur la générosité des Burkinabè parce que nous avons le fond national de solidarité qui peut nous accompagner  et le président lui-même s’est engagé à nous accompagner avec des apports au niveau des compléments que nous aurons. Pour ce qui concerne les volontaires engagés,ils seront scindés en deux équipes (équipe de jour et de nuit). Pour les équipes, il est prévu 5000 FCFA pour les équipes de jour et 7500 FCFA pour celle de nuit.

En termes de statistiques, Marie Laurence Marshall/ Ilboudo a révélé que  dans la ville de Ouagadougou, on a peu près  2.500.000 enfants (c’est des statistiques qui datent) ; cependant elle poursuit  qu’il est fort probable le nombre ait accru avec le phénomène qui a pris beaucoup plus d’ampleur. « J’ose  espérer aider beaucoup à insérer leur milieu social pour qu’ils puisent s’épanouir car quoi qu’on dise la famille reste  le socle le plus fort pour l’accompagnement de quelqu’un » a-t-elle renchérit.

Au sortir des échanges, elle dit être satisfaite. « Cette rencontre a été claire pour chacun d’eux et s’ils sont restés après les échanges cela signifie qu’ils sont aptes à travailler pour le peuple burkinabè et je suis fier de mes agents. Aussi je les remercie pour l’effort qu’ils fournissent et vont fournir pour cette opération malgré les difficultés » affirme-t-elle à cet effet.

 

Dortoir des jeunes filles sur un des trois sites

Des sites visités, il faut retenir que ce sont des sites de transit. Au total trois sites pour les femmes et les jeunes filles et un site pour les garçons.

A terme, le ministère a pour but  de pourvoir retiré au moins 50% des enfants de la rue avec  plus de 400 personnes engagées pour cette opération.

Wendemi Annick KABORE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.