Province de la Kossi: saisie des machines à sous par la Police de Nouna

0
Provine-de-la-Kossi-les-machines-à-sous-saisies-par-la-police

L’apparition des premières machines à sous ou casinos dans la province de la Kossi remonte depuis le premier trimestre de 2019. Mais très rapidement, les villes comme villages et hameaux de culture, se verront inondés par lesdites machines. Introduire une pièce de 100f, porter le choix sur une des images de la machine et appuyer sur play. Puis attendre en espérant faire le bon choix et voir la machine vomir des pièces de 100f, voilà en quoi consiste le jeu. L’opération de saisie de ces machines à sous dans la ville de Nouna organisée par le Commissariat central de Police est intervenue dans la nuit du 16 au 17 septembre 2019, et a enregistré au moins 15 machines saisies.

Dans plusieurs cas, ce sont les propriétaires et ceux à qui ces machines sont confiées qui en sont les grands bénéficiaires. A Koro, une localité située à 35km de la ville de Nouna, un boutiquier à qui une machine a été confiée confesse qu’à chaque trois (3) jour, il empoche la somme de 20 000f comme frais de gardiennage soit 200 000f le mois. Une bonne affaire dit-il car les recettes mensuelles de sa boutique n’atteignent le tiers qu’il gagne à travers le casino.

L’inconvénient est que beaucoup s’endettent pour pouvoir jouer et vont jusqu’à garantir leurs portables voire vendre leurs bétails. Dans la vile de Nouna, la mendicité prend un tournant exponentiel. Il n’est pas rare d’entendre par ci par là, « pour l’amour de Dieu, fais pardon donne moi 100f je vais aller payer à manger » de la part de certains mendiants avec un air pitoyable. Une fois l’argent obtenu, bonjour le casino. De jour comme de nuit les attroupements ne se font qu’au tour de ces machines. Personnes âgées, hommes et femmes, enfants, même certains fonctionnaires, tous espèrent remporter le jackpot en accentuant la mise.

L’écho de la rentabilité pousse les nantis à se procurer de ces machines en provenance du Mali à 250 000f l’unité. C’est ainsi que de façon anarchique, l’on retrouve ces machines dans tous les recoins de la ville. Avec la rentrée scolaire, le risque de déscolarisation s’avère certain car des élèves préféreront injecter leur scolarité dans ces machines au lieu de payer leurs études. A cela s’ajoutent le vol, l’escroquerie auxquelles s’adonnera cette jeune frange de la population. C’est pourquoi le commissariat de Nouna a organisé une opération pour la saisie de ces machines à sous dans la ville de Nouna. Environ 15 machines ont été saisies au cours de ladite opération. Une opération fort appréciée par les populations et qui va se poursuivre.

Issa Lazare KOLGA, correspondant

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.