Projet MMDP: les résultats sont jugés satisfaisants

0
Projet-MMDP-les-résultats-sont-jugés-satisfaisant

L’ONG Helen Keller International a organisé un atelier le jeudi 16 mai 2019 à Ouagadougou. Le présent atelier tient lieu de restitution des résultats finaux et de la clôture officielle du projet de gestion et de prévention des maladies tropicales négligées.

Projet-MMDP-les-résultats-sont-jugés-satisfaisant Dans le cadre de l’appui au programme de lutte contre les maladies tropicales négligées (PNMTN) au Burkina Faso, il a été approuvé et mis en oeuvre le projet quinquennal dénommé (MMDP). Ce projet a débuté ses activités dans la région du Centre-Nord en 2016 et a connu une extension dans la région des Hauts-bassins au cours de l’année 2017.Les activités du projet dans les deux régions se sont focalisées sur la gestion des cas de trichiasis tracomateux, la chirurgie des hydroceles et le renforcement des capacités du personnel de santé.
Au terme de ce projet, plusieurs acquis ont été engrangés, à en croire Adama Ouattara, chargé de mission du ministère de la santé, représentant le ministre de la santé. Selon lui le bilan des activités de ce projet est jugé satisfaisant après cinq ans d’activités.

« Nous avons engrangé plusieurs acquis dans le cadre de la mise en oeuvre de ce projet. De façon concrète cela nous a permis d’intervenir sur des cas de maladies dites tropicales négligées au sein des populations les plus pauvres qui, souvent trimballent ses maladies négligées durant de longues années. Il s’agit du trachome et de la phylariose lymphatique.  » a-t’il expliqué. Avant de poursuivre « un regard sur les réalisations nous montre qu’en cinq ans de mise en oeuvre, ce projet a soutenu les deux zones d’interventions et douze districts dans leurs efforts de lutte contre les morbidités liées à ses maladies. Le nombre de personnes prisent en charge s’estime à environ 2000 ».

Au regard de ses nombreux acquis ayant été accumulés dans le cadre de ce projet, Adams Ouattara confie que d’autres efforts sont entrain d’être fait pour la pérennisation de ses acquis. Il s’agit notamment de la formation des agents de santé dès la base dans les écoles de santé afin que ceux-ci puissent être déjà apte à opérer ses différentes cas de maladie à leur sortie.

Flore KINI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.