PRIQE : pour une amélioration de la qualité de l’éducation nationale

0
Le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) à travers son comité de pilotage du programme régional interinstitutionnel pour la qualité de l’éducation a organisé un atelier de validation le mercredi 10 octobre 2018, à Ouagadougou.
Le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) à travers son comité de pilotage du programme régional interinstitutionnel pour la qualité de l’éducation a organisé un atelier de validation le mercredi 10 octobre 2018, à Ouagadougou. L’objectif était d’examiner les propositions relatives à ce programme en vue de son amendement.
 
 
    Le comité de pilotage du programme régional interinstitutionnel pour la qualité de l’éducation, s’est réuni en sa troisième session dans le cadre de l’ouverture d’un atelier de validation dont l’objectif était d’examiner les différentes propositions, d’évaluer les modules et d’analyser les orientations stratégiques de ce programme pour une meilleure direction. Ce programme a pour objet d’aider cinq pays de la sous-région à améliorer la qualité de leur éducation. Il s’agit du Mali, du Niger, du Benin, du Tchad, et du Burkina Faso. En effet deux jours durant, les acteurs de la sous-région concernés par le programme régional interinstitutionnel pour la qualité de l’éducation (PRIQE) travaillerons pour que les différents documents à amender répondent aux besoins de chaque pays membre de ce programme. « Le PRIQE est mis en œuvre depuis 2016 par l’université Abdou Moumouni à travers un master professionnel en ingénierie en conception et gestion des alternatives éducatives mais aussi à travers une formation continue à l’institut de formation en éducation et alphabétisation à Niamey » a précisé le professeur Abdou Moumouni.

 

Aussi poursuit –t-il « à travers la coopération suisse qui accompagne ce programme, nous avons mis en œuvre des formations depuis octobre 2017 dans le but de former des cadres de haut niveau pour la conception de la gestion et le suivi des alternatives éducatives dans ces pays afin d’aider les ministres, décideurs pour une prise de bonnes décisions pour l’amélioration de la qualité de l’éducation dans nos cinq pays ». Pour ce qui est de la formation continue, elle est destinée selon le professeur Abdou Moumouni aux cadres des différents ministères de l’éducation qui sont dans le domaine de l’éducation non formelle afin de les former de manière continue sur le tas afin qu’ils puissent aider à la base mais aussi dans les régions pour l’amélioration de la qualité de l’éducation.
 
 
Flore Kini (stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.