L’actualité du monde en bref du 12 novembre

0
L-actualité-du-monde-en-bref-du-05-novembre

Burkina Faso: À un an de l’élection présidentielle, le ministre burkinabè de l’Économie, des Finances et du Développement se montre confiant quant au programme national de développement. Comme pour l’adoption de la monnaie unique de la Cedeao. À un an de l’échéance présidentielle, Lassané Kaboré, 51 ans, grand argentier du Burkina Faso, dresse un bilan positif de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (2016-2020), évalué à 15 400 milliards de francs CFA (23 milliards d’euros). Si l’action gouvernementale est rendue difficile en raison de l’insécurité, il se félicite d’avoir pu maintenir une croissance soutenue. Également interrogé sur l’adoption d’une monnaie commune pour la Cedeao, il trace les contours de la mise en œuvre de cette réforme majeure.

Mali: L’armée malienne mène actuellement une offensive « de grande envergure » dans le centre du pays dans laquelle plusieurs jihadistes ont été tués, a indiqué lundi le gouvernement. Cette opération fait suite aux récentes attaques meurtrières qui ont causé la mort d’une centaine de soldats maliens en l’espace d’un mois. Le communiqué publié lundi 11 novembre annonce que l’opération menée avec le soutien de l’armée de l’air malienne fait suite à deux attaques meurtrières récentes des jihadistes dans lesquelles une centaine de soldats maliens ont trouvé la mort en un mois. Il s’agissait des plus lourdes pertes par l’armée malienne depuis des années. Face à ces revers, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta avait ordonné l’élaboration d’un « nouveau concept opérationnel qui donne une part importante à l’offensive ».

Cameroun: Le président Paul Biya a convoqué dimanche 10 novembre le corps électoral, en vue des prochaines élections locales fixées au 9 février 2020. Plus d’un an après la présidentielle, ces scrutins s’annoncent déterminants. Pas de nouveau report. Par un texte lu ce dimanche sur les antennes de la radio nationale camerounaise, Paul Biya a mis fin au suspense en convoquant le corps électoral pour les prochaines élections législatives et municipales. « Le corps électoral est convoqué le dimanche 9 février 2020 à l’effet de procéder à l’élection des députés et des conseillers municipaux », précise un communiqué de la présidence.

Ginée Bissau: À deux semaines de l’élection présidentielle, José Mário Vaz, imprévisible chef de l’État sortant, a joué son va-tout en révoquant une nouvelle fois son gouvernement. Au grand dam de la communauté internationale. Jusqu’où ira José Mário Vaz ? Sans réel pouvoir depuis que son mandat s’est achevé en juin, le chef de l’État, dit Jomav, semble rester sourd aux avertissements. Seul contre tous ou presque, il a définitivement fait perdre patience à la communauté internationale, le 28 octobre, en limogeant son Premier ministre, Aristides Gomes, et en annonçant, le lendemain, son remplacement par Faustino Imbali. Son huitième chef du gouvernement en cinq ans.

Egypte :Le canal de Suez relie la Méditerranée et la mer Rouge depuis 1869, mais il a connu depuis une histoire mouvementée, émaillée de nombreuses guerres. Déjà au temps des Pharaons, un premier canal est creusé entre le golfe de Suez et le delta du Nil, sous le règne du pharaon Sesostris III. Il est utilisé, avec des interruptions, jusqu’au VIIIe siècle de notre ère, avant d‘être abandonné car notamment trop coûteux: il doit être régulièrement désensablé. A compter du XVIe siècle, le projet refait surface, défendu tour à tour par les Vénitiens, les savants accompagnant Napoléon Bonaparte lors de son expédition d’Egypte ou encore les Saint-Simoniens. En 1854, l’accession de Saïd Pacha au trône de vice-roi d‘Égypte donne une nouvelle impulsion au projet.

RDC: Sous « pression » de leurs bases, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe se sont retirés de l’accord de Genève désignant Martin Fayulu candidat unique de l’opposition à la présidentielle du 23 décembre 2018. C‘était le 11 novembre 2018. En ce dimanche marquant le centenaire de l’armistice ayant mis fin à la Première Guerre mondiale, sept acteurs politiques de l’opposition en RDC se réunissaient à Genève sous l‘égide de la Fondation Koffi Anan.Après des discussions « fructueuses », Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito, Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Martin Fayulu et Freddy Matungulu formèrent une coalition dénommée Lamuka (réveille-toi en lingala). Ils désignèrent ainsi, Martin Fayulu, porte-drapeau de Lamuka à l‘élection présidentielle du 30 décembre face à Emmanuel Ramazani Shadary, dauphin du président sortant Joseph Kabila.

Flore KINI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.