BARRAGE DE SAMENDENI : installation du comité de gestion du Périmètre Halieutique d’Intérêt Économique (PHIE)

0

Le ministre en charge des ressources halieutiques, Sommanogo Koutou, a installé les membres du comité de gestion du Périmètre Halieutique d’Intérêt Économique (PHIE) du plan d’eau de Samendeni. Cette cérémonie d’installation a eu lieu ce jeudi 18 octobre 2018 dans la région des Hauts-Bassins à Bobo Dioulasso.

BARRAGE DE SAMENDENI : installation du comité de gestion du Périmètre Halieutique d'Intérêt Économique (PHIE) Le ministre en charge des ressources halieutiques, Sommanogo Koutou, a installé les membres du comité de gestion du Périmètre Halieutique d’Intérêt Économique (PHIE) du plan d'eau de Samendeni. Cette cérémonie d'installation a eu lieu ce jeudi 18 octobre 2018 dans la région des Hauts-Bassins à Bobo Dioulasso.Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Sommanogo Koutou a procédé à l’installation des membres du comité de gestion du Périmètre Halieutique d’Intérêt Économique (PHIE) du barrage de Samendeni.
Plus d’une centaine d’acteurs membres du (PHIE) qui, selon le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Antoine Attiou, vont veiller à la cohérence des activités sur le plan d’eau de Samendeni et à éviter les conflits d’intérêts qui pourront naître des activités de pêche.

Selon le ministre en charge des Ressources halieutiques, Sommanogo Koutou, ce sont plus de 1000 tonnes par an de production halieutique supplémentaire qui sont attendues pour faire face à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition au Burkina. « Cette production est estimée à des revenus substantiels d’un milliard par an », précise le ministre Sommanogo Koutou. En termes de création d’emplois décents, le plan d’eau de Samendeni préconise 300 pécheurs venus du Burkina Faso et d’ailleurs selon les techniciens des ressources halieutiques. « Ceci en dehors des centaines de femmes transformatrices et de commerçantes de poissons de la zone d’influence du plan d’eau », a fait savoir le ministre. Et d’ajouter que ce sont 40 espèces de poissons qui sont déjà disponibles. « Au Burkina Faso, la consommation de poissons a connu une augmentation importante. Elle est passée de 1,5 kg il y a 20 ans à environ 7 kg en 2017. », a relevé le ministre en charge des Ressources halieutique. Mais ces chiffres se verront modifier avec l’ouverture officielle de la pêche le vendredi 19 octobre 2018 par le ministre en charge des Ressources halieutique. Cette ouverture de la pêche va être accompagnée de l’empoisonnement du plan d’eau de Samendeni. En rappel, c’est le 13 juillet 2018 que le gouvernement burkinabé a adopté un décret érigeant le plan d’eau de Samendeni en Périmètre Halieutiques d’Intérêt Économique (PHIE).


Mathéo DABIRE (Correspondant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.