VENTE DE PRODUIT PHARMACEUTIQUE AUX TERRORISTES : LA CAMEG RASSURE

0

Depuis un certain temps , des écrits publiés dans les médias et sur les réseaux sociaux font échos d’évènements impliquant des agents de la CAMEG . il S’agit de la « Vente de produits pharmaceutiques à des terroristes à Ouagadougou » et un « circuit parallèle de vente de médicaments à Bobo-Dioulasso ». La CAMEG dément et affirme qu’ aucun agent n’a été déféré à la MACO dans cette affaire.

 

Des ventes de produits pharmaceutiques à des terroristes à Ouagadougou, l’information relayée puis démentie dans certains médias fait état d’un agent de la CAMEG déféré à la MACO pour vente des médicaments à des terroristes . Selon la déclaration lue par Mikaïlou L. KERE , chef du département Communication et relation public(CAMEG), l’aide magasinier a été approché par un ami , lui demandant un service qui consistait à trouver un produit pharmaceutique (Rivotril) qu’il éprouve de difficulté à trouver en pharmacie . C’est ainsi que l’agent de la CAMEG est entré en contact avec l’agent d’un grossiste pharmaceutique privé , qui a répondu favorablement à sa demande . Il recevait de l’argent de son ami qu’il remettait à l’agent du grossiste qui en retour lui livrait le médicament au profit d’un ami . Cette opération a conduit à l’interpellation des mis en cause le lundi 12 février 2018 par la brigade de recherche du commissariat central de la police de Ouagadougou.

 

Après audition , l’aide magasinier de la CAMEG et de l’agent du grossiste privé , ont été laissés libres de leur mouvements le 23 février 2108 , tandis que l’ami qui n’a pas répondu à la convocation de la police , semble avoir pris la fuite.
Pour Mikaïlou L KERE , au regard de ce qui précède , l’on peut faire le constat suivant :
« Aucun agent de la CAMEG n’a été déféré à la MACO pour cette affaire ». Les produits n’étant pas de la CAMEG et les affaires n’ayant pas eu lieu dans ses locaux , il estime que la CAMEG « n’est concernée ni de loin , ni de près par cette affaire » . Il se dit surpris que certains médias diffusent des informations relatives à une vente de produits pharmaceutiques par un agent de la CAMEG à des terroristes sans prendre les précautions d’usage.

 

Des circuits parallèles de ventes de produits pharmaceutiques à Bobo-Dioulasso
Les agents de la CAMEG interpelés sont accusés d’alimenter un « circuit de ventes parallèle de produits pharmaceutiques en dehors du circuit officiel » suite aux investigations des agents de la Brigade Anti -Criminalité(BAC) dans la ville de Bobo-Dioulasso , le 21 février 2018. Selon les informations , l’audition de la brigade a conduit à l’interpellation de neuf (9) agents de la CAMEG , (1 ) un travailleur journalier de la CAMEG , (4) quatre clients de la CAMEG et (2) deux autres personnes soupçonnées d’être complices dans cette affaires. Selon la police , les personnes interpellées affirment avoir livré à des responsables de trente et un (31) formations sanitaires dans la région des haut –Bassins , à Korogo en Côte d’ivoire et au Niger .

 

Dans cette affaire , la CAMEG affirme qu’il n’ a pas subi de préjudice financier et que les ventes des produits ont été faites pour des clients agréés et de façon régulière. En rappel , les services de police de Bobo-Dioulasso ont tenu une conférence de presse à laquelle était conviée la CAMEG le jeudi 1er mars 2018 , ainsi pour montrer à l’opinion que l’institution n’est pas impliquée dans cette vente parallèle et qu’elle est disposée à collaborer avec la police pour faire la lumière sur cette affaire .
A travers cette conférence de presse , la CAMEG a rappelé son engagement et sa détermination dans une démarche de transparence , ainsi que l’ouverture totale à tout besoin d’information .
Fiakofi Kossi (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.