Un Trésor méconnu qui a un désir ardent d’être connu et aimé

0
Du fond des âges, Il était là, Infiniment Sage, Noble-Généreux, Majestueux, tout seul dans la beauté, dans la perfection, la grandeur, la sublimité, dans l’ordre, la pureté, la lumière, dans la patience et de tout temps tout seul pour l’éternité.

 

Son existence n’a pas de commencement. Détenteur absolu du plus grand pouvoir qui soit. Tout riche de trésors inconnus, Opulent, sans personne pour lui tenir compagnie, ni gouvernement, ni pays, ni famille, ni épouse, ni un quelconque enfant avec qui partager ses richesses, son héritage. Personne. Uniquement lui seul dans l’unicité absolue. Ni les anges, ni Satan, ni les humains, ni les minéraux, ni les végétaux, ni le règne animal, ni atome, ni matière, ni énergie, ni sommeil ne le côtoyaient.

Immense, Grand, Magnifique. Au demeurant, Il n’avait pas d’air pour respirer. Effectivement, il ne respire pas. Il ne meurt pas. Il ne dort pas, ne se fatigue pas. Il ne boit pas. L’eau elle-même n’existait pas non plus en son temps. Ni le Temps lui-même, ni l’espace, ni la Terre, ni les cieux, ni les couleurs, ni l’alternance du jour et de la nuit, ni le soleil, ni la lune, ni le feu, ni les saisons, ni la pluie, ni le néant. Rien absolument rien. À part Lui, personne ne connaissait Son Nom ni son existence éternelle dans un silence immuable.

D’un savoir qui cerne toute chose. D’une connaissance infinie, Il connaissait l’inconnaissable. Très-Instruit, Très Bien-Informé, Il était là tout seul, tout Souverain, « Très Glorieux, doté d’un Pouvoir parfait, de Haute Dignité, de Compassion, de Générosité et de Douceur » et il voit. Il entend. Il parle même s’Il n’a pas d’organes pour voir, pour entendre et parler. Il n’a pas non plus de corps comme nous les créatures. Il est sans forme. Il n’est pas énergie. Il n’est pas esprit comme l’on croit. Il est au-delà de tout ce qu’on pourrait imaginer de Lui. Il transcende toutes les pensées, toutes les conjectures, idées et opinions. Nous pensons qu’Il pense alors qu’il ne pense pas. Il n’est pas comme nous. Il n’est pas humain. Il est incomparable.

Toujours est-il qu’un jour d’entre les jours, Il mettra fin à sa solitude. Il inventa le monde, les anges et tout ce qui existe actuellement. Lui l’Immense, tout Puissant tout riche tout beau, tout vivant, tout éternel, tout insondable, tout insaisissable dans sa compassion, dans sa miséricorde. Il a voulu être connu. Lui « le Suffisant par soi. Celui qui n’a besoin de personne« , redevable en rien à personne, a voulu des « amis » qui connaissent quelque chose de « Son être et de Son agir« . Lui qui « donne puissance et considération. Lui Le Tout-Généreux, le Noble-Généreux » et qui a « pouvoir sur tout. Lui qui agit avec droiture, qui dirige avec sagesse« . Lui « Le Très-Louangé et digne de louange« . Lui Le Juste en qui rien n’échappe, qui pénètre et qui voit jusqu’au plus profond de nos moindres pensées. Lui presque impossible à comprendre, qui n’a ni commencement ni fin, a voulu être connu.

Et semble-t-il, plus on Le connaît, plus on L’aime, plus Il habite notre âme, plus on est heureux. Moins on Le connaît, moins on Lui accorde notre attention, moins d’intérêt, moins d’énergie et moins de confiance. N’empêche qu’il nous pardonne notre ignorance crasse de Son dessein, de notre manque d’élégance envers Lui qui nous donna l’intelligence, de n’avoir pas su L’estimer à Sa juste valeur. Lui le Miséricordieux, le Compatissant, le Longanime, le Très Clément. Nous qui Le connaissons malheureusement si mal malgré la révélation de Sa Parole dans Son Livre Sacré.

Prions qu’il affermisse nos cœurs. Qu’Il nous augmente en connaissances. Qu’Il nous guide dans le chemin des vertueux et nous apporte la Vérité que nous cherchons si désespéramment en ces temps de troubles, en ces temps de traversée d’une période étrange où tout s’est subitement inversé. En effet, certains d’entre nos contemporains, au lieu de donner la vie, ils donnent gratuitement la mort maintenant. Au nom de l’amour – oups ! – au nom de la mort et en vertu de leur ignorance absolue du respect de l’être humain, ils s’octroient le droit de vie et de mort sur leurs semblables et sans avoir de compte à rendre à personne.

Et cela saute aux yeux que si on ne se réveille pas maintenant, on risque plus de dérives liées à l’ignorance, aux préjugés, à la pauvreté mentale accumulée, qui sont de nature à générer plus de souffrance dans notre société au fur et à mesure du temps. Peut-être qu’à travers ces terribles moments d’infortunes actuels se laissent entrevoir des temps nouveaux où du moins le commencement du « réveil des consciences » qui incite à l’action pour le progrès de nos peuples vers le bien-être intégral.

Dian Diallo

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.