TAC 2018 : l’amitié se célèbre en Côte d’ivoire

0
Le ministre des affaires étrangères Alpha Barry a animé le dimanche 22 juillet 2018 une conférence de presse au sujet du 7e traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Au cours des échanges il a donné les grandes articulations de ce grand rendez vous qui va se tenir du 23 au 27 juillet 2018 à Yamoussoukro.  

Les travaux du 7e traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et la république de Côte d’Ivoire ont débuté ce lundi 23 juillet 2018 autour du programme suivant :

Du 23 au 24 juillet 2018, la réunion des experts ;

Le 26 juillet 2018, le conseil conjoint du gouvernement (Burkina Faso – Côte d’Ivoire) avec à leur tête les deux premiers ministres.

Le 27 juillet 2018, conférence du TAC avec la participation des deux présidents des pays amis. Le président du Faso, Rock Marc Christian Kabore va passer 48h en terre ivoirienne a expliqué le ministre des affaires étrangères car il est attendu le 26 juillet 2018 à yamoussokro.

Le ministre Alpha Barry a expliqué que la tenue du TAC se tient dans un contexte d’amitié et de fraternité qui permet de faire avancer les relations entre les deux pays. L’occasion sera au cours de ce sommet de discuter sur divers thématiques notamment, des thématiques relatives aux projets d’accords dans le domaine de l’économie numérique et des postes, l’assainissement, l’urbanisme, la culture, le social. Le projet de l’autoroute Yamoussokro-Bobo-Ouagadougou, la réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya-Tembao, le projet d’approvisionnement en énergie électrique et en hydrocarbures, le projet sur la facilitation du transit sur le corridor Abidjan-Ouagadougou, la lutte contre la traite transfrontalière des enfants, les Fonds pour la jeunesse et pour la femme, la question du mont Péko sont entre autre les sujets importants de ce 7e sommet.

L’innovation majeure de ce 7e TAC est la mise en place du forum des Hommes d’affaires ivoiriens et burkinabé. Cette idée avait été proposée par le passé lors du 6e sommet mais n’avait pas connu de suite pour des raisons d’agenda justifie le ministre des affaires étrangères.

 

Mireille Bailly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.