SITUATION NATIONALE : le premier ministre consulte la majorité présidentielle

0
Après les chefs religieux et coutumiers, c’est le tour des partis de la majorité présidentielle d’être reçus le mercredi 19 septembre 2018, à Ouagadougou par le chef du gouvernement. Les échanges ont porté sur la situation nationale. 

Habituellement les partis de la majorité présidentielle tiennent des rencontres périodiques avec le gouvernement pour discuter des problèmes qui freinent le développement du pays des hommes intègres. Mais cette rencontre tenue ce mercredi 19 septembre 2018, à Ouagadougou entre le premier ministre et les membres de l’alliance de la majorité présidentielle à discuter, échanger et de donner des points de vue vis-à-vis de la situation nationale. Selon le porte-parole de la délégation de la majorité Présidentielle, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, quand on parle de la situation nationale, elle est transversale. Mais les membres de la délégation et le chef du gouvernement se sont penchés sur les questions sécuritaires parce que ces derniers jours le Burkina Faso fait l’objet de plusieurs attaques terroristes. A l’en croire, les informations reçues de la part du gouvernement pour la sécurisation du pays sont rassurantes. Les chefs des partis politiques de la majorité présidentielle vont se retourner vers les militants des différentes formations politiques pour les rassurer de ce que le gouvernement est en train faire pour assurer la sécurité du pays. Aussi, le gouvernement s’engage à prendre toutes les dispositions idoines afin que chaque burkinabè se sent dans la tranquillité et la paix.

 

Selon Paul Kaba Thiéba, c’est un devoir pour le gouvernement d’échanger et d’informer l’ensemble des parties du pays sur l’insécurité qui prévaut actuellement dans le pays. À l’entendre, le gouvernement a eu le point de vue des membres de la majorité présidentielle qui pourrait aider le pays dans sa quête de paix et de sécurité. « Bien vrai la situation sécuritaire nous inquiète mais il ne faut pas que la population se donne à la panique. Elle nous interpelle tous, mais il faut qu’on garde la confiance car nous sommes un peuple qui est attaché à la liberté et à la démocratie », a conseillé Paul Kaba Thiéba. Il termine en disant que le gouvernement fera en sorte pour défendre l’intégrité, la liberté, la démocratie afin que le Burkina Faso continue de vivre dans la paix, la liberté et dans la fraternité.

Saaniayouor KPODA (Stagiaire)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.