Région du Centre : 96 heures pour un Burkina apaisé

0
Dans le cadre des activités de la première édition des 96 heures de la région du centre, une communication autour du thème central « promouvoir la paix, la cohésion sociale et le civisme : Un défi à relever pour un développement participatif et durable » a eu lieu le vendredi 5 octobre 2018. L’objectif de ce panel vise à communiquer autour des questions de développement commun de la région.C’est dans le but de promouvoir une bonne cohésion sociale que la région du centre a organisé 96 heures de réflexion et d’action en vue du renforcement de cette cohésion. En effet, ces 96 heures décrétées en l’honneur de la région du centre est placée sous le signe, « promouvoir la paix, la cohésion sociale et le civisme : Un défi à relever pour un développement participatif et durable. Par ailleurs, il s’agira de communiquer autour des questions de développement commune à la région dans l’optique de contribuer à consolider les efforts quotidiens que le gouvernement consent pour le développement du Burkina Faso. A en croire le Gouverneur de la région Sibiri Ouédraogo, ce panel permettra de mettre à la lumière ceux qui portent la volonté de sauver la paix. « Ce panel nous édifiera sur la nécessité de nous unir pour former par notre solidarité un ensemble d’unité pour la protection et le développement de la région. En ces périodes où de nombreux actes d’incivismes ternissent l’image d’hommes intègres que devraient représentés le Burkinabé, les messages sur le civisme contribueront à prémunir nos populations d’actes inciviques et à renforcer leur citoyenneté » a-t-il relevé.
Outre les temps de communication sous forme de débat sur différents thématiques, Ouagadougou vibrera également au cour de ces 96 heures sous le rythme des compétitions sportives qui sont reconnues comme un facteur de rassemblement, de rapprochement, de cohésion sociale et surtout un moyen d’accroissement en santé. Et Afred Gouba, Secrétaire General du ministère de l’administration territoriale de saluer cette initiative en ces termes « Le climat social burkinabé en ce moment est marqué par des mouvements socio- professionnels ternes et surtout le terrorisme qui est une menace pour notre chère patrie. C’est le moment pour moi de réaffirmer le soutien indéfectible des plus hautes autorités de l’Etat aux forces de défenses et de sécurité qui se battent nuit et jour pour la sauvegarde de la nation. Cependant la paix est une quête permanente à quel que niveau que ce soit, familial, régional, national voire international. Le mot paix qui désigne en premier lieu le secours à la guerre a aussi le sens d’achèvement plénitude d’abondance. C’est pourquoi il est impératif de lutter pour cette paix, c’est pourquoi nous saluons cette initiative du gouverneur du centre ».Flore Kini ( Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.