Portrait : Reine Akoandambou, Mon handicap m’a empêché d’être enseignante

0

Pleine de dynamisme, Marie claire Akaoandambou est connu sur la scène pour sa voix mélodieuse au rythme du terroir kassena. Du rêve de devenir institutrice malgré son handicap physique, elle s’est frayé un chemin dans la musique. Aujourd’hui elle est la promotrice d’un festival dénommé « handi’talent ». Qui est-elle ? D’où puise-t-elle autant d’énergie? Quel est le secret de sa réussite ?

Née le mardi 23 janvier 1973 à Pô, Marie claire Akaoandambou à l’état civil alias Reine Akoandambou est une femme vivant avec un handicap physique. Troisième d’une famille de quatre enfants, elle a passé son enfance à Kampala localité situé à 20km de Pô. Une enfance qui d’ailleurs fut rythmé. Elle a subit les moqueries de la société mais cela n’a pas été un frein à son épanouissement puisque la jeune fille à l’époque a bénéficié de la compassion de sa famille. Elle fut inscrite à l’école primaire à Tiébélé où elle réussit brillamment ses études mais les moyens financiers de sa famille étant limité, Reine Akoadambou vu son rêve écourté. Elle rêvait dès la base devenir une enseignante. C’est ainsi qu’elle postulat au concours de la fonction publique, de recrutement des instituteurs adjoints. Admise après les épreuves écrites, la jeune femme fut déçue de la suite des évènements car elle devait avec les autres candidats passés l’épreuve sportive. Un coup dur certainement, mais pour l’artiste ce fut le début d’une nouvelle vie. Elle ne baissa pas alors ses bras et décide de passer à autre chose.

Reine akoandambou, au cours du festival Handi’talent

Jeune femme battante, marie reine Akoandambou, s’est lancé dans la musique avec l’appui de la regretté Djatta Ilebou. Trop de difficultés dans son parcours ; elle le constatait mais pour elle, le seul but de se surpasser pour être un modèle pour d’autres brulait en elle. « La fonction publique m’a refusé mais je serai un acteur de développement pour ma nation ». Elle fit de cette phrase son hymne. Après s’être installé à Ouagadougou, elle a ouvert son salon de coiffure où elle gagnait sa vie progressivement à ses temps libre. Outre cette initiative de mise en place de son salon, l’artiste est la présidente de l’association « claire vision ». Cette association est née suite à l’injustice que l’artiste dit avoir subi dans sa jeunesse à cause de son handicap qui lui a valu l’échec au concours de recrutement des instituteurs adjoints.

L’objectif de ladite association est de travailler à la promotion de la personne handicapé. A cet effet, le festival « handi’talent » a vue le jour et donne la scène aux personnes handicapé pour exprimer leur talent. Reine Akoadambou se dit fier de ses prouesses car grâce à son dynamisme elle n’a rien à envier à ceux qui attendent tout de l’Etat. Néanmoins elle lance un coup de cœur au gouvernement afin que les mesures prises soient appliquées pour la promotion de la personne humaine.

Mireille Bailly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.