Nutrition : le Burkina sommé de faire mieux

0
Nutrition-le -Burkina- sommé -de -faire- mieux

Engagé à améliorer sa politique en matière de nutrition à travers une approche multisectorielle, le Burkina a dû réviser sa politique nationale de nutrition. D’où l’adoption d’un plan stratégique multisectoriel en nutrition. L’atelier du 17 mai a consisté à se pencher sur la mise en œuvre dudit plan.

Les indicateurs en matière de nutrition ne sont pas dans le vert. Une enquête menée en la matière indique que le taux de prévalence de la malnutrition aigüe est de 8,4%, celle de l’insuffisance chronique de près de 25% et celle de l’insuffisance pondérale de près de 18%. Cette situation a ceci de grave qu’elle compromet aussi bien les objectifs de l’assemblée mondiale de la santé en 2025 et même des objectifs de développement durable en 2030.

Il y a donc lieu d’envisager l’inversion de cette tendance. Celle-ci passe notamment par une mobilisation plus accrue de ressources au profit du secrétariat technique chargé de l’alimentation et de la nutrition (STAN). Le STAN avait lancé en novembre 2018 un suivi des investissements publics en faveur de la nutrition pour apprécier la contribution des différents secteurs contributeurs afin de renforcer le plaidoyer.

De fait le Burkina n’alloue qu’environ 1% de son budget soit plus de 71 milliards à la nutrition. Il y a cependant de perspectives de revue à la hausse de cette enveloppe puisque l’Etat a inscrit en priorité la valorisation du capital humain et que le président du Faso a été fait champion en nutrition par l’initiative des leaders africains en nutrition.

Soumana LOURA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.