Lutte contre le paludisme :la chimio prévention pour plus d’efficacité

0

Le ministère de la santé en partenariat l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) a lancé officiellement la campagne 2018 de chimio-prévention du paludisme saisonnier au Burkina –Faso le jeudi 19 juillet 2018 à Dori. La campagne qui va s’étaler jusqu’en octobre prochain, consistera à administrer des doses d’amodiaquine plus sulfadoxine pyriméthamine aux enfants âgées de 3 à 59 mois.

Le paludisme reste l’une des maladies qui engendrent le plus de décès au Burkina Faso. La maladie a aussi un taux élevé de morbidité. Pour l’anéantir, le ministère de la santé en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers ont organisé le lancement officiel de la campagne 2018 de la chimio –prévention du paludisme saisonnier (CPS) chez les enfants de 3 à 59 mois.  Cette campagne touchera plus de 90% des districts sanitaires du Burkina-Faso. « La prévention consiste à donner une combinaison de plusieurs médicaments contre le paludisme à dose thérapeutique pour une prévention pendant la période de haute transmission » a indiqué le ministre de la santé, Nicolas Meda. Les premières doses ont été administrées sur le champ à des enfants pendant la cérémonie. Selon le ministre, le médicament est composé de sulfadoxine pyriméthamine et d’amodiaquine. La stratégie retenue selon le ministre est le porte à porte dans les ménages. Il y aura aussi des centres fixes au niveau des formations sanitaires. « Ainsi des distributeurs communautaires passeront dans les concessions pour administrer la première dose des médicaments à tous les enfants éligibles et passeront le relais aux parents pour l’administration des doses du deuxième et du troisième jour » a insisté le ministre. Il a promis que tous les enfants qui pendront ces médicaments seront protègés pendant quatre(04) semaines.  Pour la représentante de l’OMS au Burkina Dr Alimata Nama représentant des PTF , cette campagne vise à protéger plus de 3 millions d’enfants de moins de 5 ans contre le paludisme. Elle a rappelé que le paludisme tue un enfant toutes les deux minutes dans le monde et invité toute la population en cette saison de haute transmission du paludisme à utiliser tous les outils mis à sa disposition pour prévenir, diagnostiquer et traiter les cas de paludisme. Le coût de financement de cette campagne s’élève plus de six(06) milliards de francs. Pour l’occasion une ambulance a été offerte au district sanitaire de Sebba dans la province du Yagha.

Inoussa ZONGO (correspondant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.