Les génies du putsch ! Acte 2

0

Ouvert le mardi 27 février 2018 devant un tribunal militaire après deux ans de procédure, la première phase importante du procès fut l’interrogatoire des accusés. Sur les 84 inculpés, quatre personnes étaient absentes, dont le colonel Mahamadi Deka qui s’est fait la belle et 9 autres personnes sont toujours en cavale et recherchées par la justice.

C’est le lundi 28 janvier 2019, que l’on a entamé l’audition des 44 témoins cités dans le cadre de l’affaire dite du putsch manqué de septembre 2015. Le témoignage de Bénédicte Jean Biila, employé du ministère de la jeunesse, et agent de renseignements du général Djibrill Bassolé a ouvert le ban des témoins entendus.

Les juges attendaient que des témoins disent si oui ou non les présumés cerveaux ont vraiment commis les faits à eux reprochés. Certains témoins ont confirmé les faits allégués contre les accusés, et d’autres ont conforté les avocats de la défense. Que retenir alors après le passage de ces témoins ? Le plus attendu, le Général Pingrenoma Zagré, chef d’Etat major général des armées au moment du putsch a comparu, le 22 février 2019. A plusieurs étapes de leurs dépositions, le général Zagré tout comme les officiers burkinabè entendus ont rejeté la responsabilité du putsch sur le général Diendéré. Très peu de témoignages innocentent les accusés. Mais après une année, ce procès n’en dit pas assez sur les rôles et les interactions des différents accusés.

Ce procès historique tant attendu dure plus d’un an et la lassitude commence à gagner les burkinabè. Mais N’eut été le pragmatisme du président du tribunal, Seydou Ouédraogo qui conduit de main de maitre ce procès d’un dossier de 15 000 pages, ce procès risquait l’enlisement.

Quelle que soit la longueur du procès, les victimes attendent que la vérité éclate et gronde comme le tonnerre puis éclaire comme la foudre !

A suivre…

Ag Ibrahim Mohamed

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.