L’Aïd el Kébir : Les fidèles musulmans ont prié pour la paix au Burkina

0

Les musulmans du Burkina Faso comme du monde entier, ont fêté le l’Aïd el Kébir communément appelé la fête du mouton ce mardi 21 août 2018. Comme il est de coutume c’est à la Place de la Nation qu’ils se sont rendus pour la grande prière de cette fête qui est placée sous le signe de la paix. Après avoir glorifié le Seigneur et prier pour la paix, le 1er adjoint du grand Imam, Adama Zoungrana a aussi prié pour le prophète Mohamed.

Il est 8h 05. Hommes, femmes et enfants, vêtus de leurs plus beaux boubous, ont convergé vers la Place de la Nation. C’est en effet un monde fou qui a pris d’assaut ladite place. En attendant l’arrivée de l’Iman, le décès de deux burkinabè à la Mecque et la cherté du bélier à sacrifier, nourrissaient le débat. Pendant que certains sont venus pour exécuter l’une des recommandations de l’islam, d’autres sont venus pour marquer leur communion avec les musulmans dans la recherche de la paix aux pays des Hommes intègres. Pour tenir les fidèles musulmans en haleine, le Cheick Mahamoud Bandé a saisi le micro pour raconter à quel point le Burkina est riche de culture et d’intégrités. À en juger selon lui, la présence d’autres confessions religieuses ainsi que les chefs coutumiers par le truchement de sa majesté le Moogho Naaba Baongo, chef des mossé. A 9h 00 le véhicule de l’imam s’immobilisa dans la foule et les fidèles musulmans se tiennent debout. C’est le début de la prière. La prière achevée, le 1er adjoint du grand Imam, Adama Zoungrana, après avoir glorifier le seigneur et prier pour le prophète Mohamed a tenu quelques sermons à l’ensemble du peuple Burkinabè.

Dans ses propos, il indique clairement que le monde entier est en proie au terrorisme, aux conflits ethniques et de même que la soif de pouvoir qui engendre souvent des bains de sang. A l’en croire, tous ces paramètres font que la paix dans le monde de façon générale est menacée et le Burkina Faso n’est pas en marge. C’est pourquoi, ce dernier a formulé des bénédictions à l’endroit des Forces de défense et de sécurité qui selon lui veille sur le peuple burkinabè pendant son sommeil. Dans la même veine, il a aussi demandé à Dieu d’accorder longue vie à sa majesté le Moogho Naaba Baongo qui œuvre beaucoup pour la paix au Faso. En ce qui concerne les Catholiques venus communier avec les musulmans, Adama Zoungrana laisse entendre que cela est la preuve que le Burkina est une source de paix. Mais qu’à cela ne tienne ajout-il cette source doit être préservée à tout prix. Pour cela, il va sans dire que le 1er adjoint du grand Imam a formulé des bénédictions pour que les autorités puissent préserver cette paix.

Siméon Sawadogo, Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a fait savoir que la présence des autorités, témoignent de la solidarité que le gouvernement a à l’endroit des musulmans. Il a aussi exprimé sa satisfaction, quant aux bénédictions formulées à l’endroit du président du Faso, du gouvernement et à l’ensemble de tous les burkinabè dans leur quête pour la paix. Même son de cloche chez Alassane Bala Sakandé. Pour lui, prier pour la paix est une chose nécessaire car sans la paix il était impossible d’exécuter la prière de l’Aïd el Kébir. Avant de clore son propos il a remercié les autres confessions religieuses ainsi que la communauté musulmane.


Thierry KABORE (Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.