Commune de Sabou : 1 300 plants pour sauver la mare aux crocodiles sacrés en proie à l’ensablement

0

La mare aux crocodiles sacrés de la Commune de Sabou (25 km de Koudougou) est menacée depuis quelques années par l’ensablement. Afin de contribuer à sa restauration, l’association Wend-Kouni des personnes handicapées de Sabou a organisé un reboisement le Samedi 18 Août 2018 où 1 300 plants ont été mis en terre sur les berges du barrage. Cette activité a été possible grâce au soutien de l’Agence de l’eau du Mouhoun.

Albert Kaboré, président de l’association Wend-Kouni des personnes handicapées de Sabou

‘’Il y a près de quinze ans que nous avons trouvé que la mare était en train d’être menacée par l’ensablement et cela risque de porter un coup sur les crocodiles et le barrage’’ c’est ce constat qui a prévalu à l’organisation de ce reboisement selon ses initiateurs. C’est donc pour lutter un tant soit peu contre l’ensablement et l’envasement de la mare que ce reboisement intervient grâce à l’association Wend-Kouni des personnes handicapées de Sabou. Cette activité intervient au lendemain de l’appel du ministre en charge de l’environnement, qui lors du lancement de la campagne nationale de reforestation a invité les uns et les autres à se mobiliser pour faire face aux défis de la désertification, des changements climatiques et de l’érosion de la diversité biologique. Ce reboisement vise à reverdir la zone du barrage et à crée une haie vive pour sa clôture. ‘’Nous avons tapé à des portes pour sauver la mare. C’est pourquoi nous nous sommes approché de l’Agence de l’eau du Mouhoun qui a accepté de nous appuyer financièrement et techniquement pour que nous venons en aide à la mare en luttant contre l’ensablement’’ a expliqué Albert Kaboré, président de l’association.

C’est Lambert Kabré, maire de la commune de Sabou qui a donné le top-départ de cette journée de reboisement. Une activité qui a drainé un grand monde, tous venus pour sauver la mare de l’ensablement. Pour ce faire mille trois cent (1 300) plants essentiellement constitués de manguiers, de tangelos, et d’acacias ont été mis en terre dans les berges du barrage sur une superficie de près de 5ha. Pour ce qui est de l’entretien de ces arbres, Albert Kaboré a laissé entendre qu’en plus des grilles de protections prévues, ils ont pris les dispositions nécessaires : ‘’Nous avons assis un comité de protection de huit (8) personnes qui seront accompagnées par nos partenaires techniques que sont les agents de l’environnement et de l’agriculture. Ils passeront de temps en temps pour voir si tout marche normalement et de Février à Mai, le comité programmera des séances d’arrosage.’’ Le chef de service départemental de l’environnement de Sabou Théodore Compaoré, présent à cette activité et par ailleurs l’un des partenaires techniques chargé de la protection des plants, s’est remémoré avec joie de la bonté de dame nature jadis. ‘’Autrefois, la nature était suffisamment riche et pourvoyeuse, elle se renouvelait assez vite et le bois mort se trouvait autour des concessions’’ a dépeint Mr Compaoré, avant de revenir à la réalité qui selon lui est marquée par une déforestation accélérée. Pour ce qui est de leur appui, le chef de service départemental de l’environnement de Sabou a confié que son service à prévu des tournées pour suivre l’état d’évolution des plants tout en sensibilisant les populations sur les bonnes pratiques en matière de reboisement et de suivi des plants. Il n’a pas manqué de demander à tout un chacun, où qu’il soit ; à devenir reboiseur.

Pour sa part, le premier responsable de la commune de Sabou s’est réjoui de la tenue de cette activité, en affirmant que c’est l’arbre qui fait la vie et tant qu’il y a des promoteurs qui les aident à en planter ; le conseil municipal sera toujours derrière eux. Parlant de la protection des arbres mis en terre, Lambert Kabré dit vouloir entreprendre des actions de sensibilisation avec les populations riveraines qui selon lui sont mieux placées pour protéger les arbres contre les animaux. Le maire de la commune de Sabou a terminé en rappelant les uns et les autres qu’il faut planter certes, mais de façon utile et responsable a-t-il conclu.


Aziz KABORE (Correspondant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.