L’actualité du monde en bref du 8 octobre

0
ACTUALITE-INTERNATIONALE-DE-LA-SEMAINE

Burkina Faso : lors d’un ratissage le 7 octobre entre GORGADJI et ARBINDA dans la région du Sahel, 39 terroristes auraient été tués, des armes et des motos récupérées.

Niger: Située aux portes du Nigeria, Maradi, capitale économique du Niger, se retrouve dans une situation économique difficile avec la fermeture de la frontière. Le 20 août dernier, le Nigeria a fermé ses frontières terrestres. Les raisons avancées sont le renforcement de la sécurité et la lutte contre les produits de contrebande. Ce protectionnisme a un impact pour les pays voisins, comme pour le Niger.

Mali: l’opposition boude le lancement du dialogue national. Un dialogue national qui se veut inclusif se prépare au Mali. La phase décentralisée de cet exercice a commencé, ce lundi 7 octobre, dans les communes, mais des partis politiques, dont le principal parti de l’opposition, refusent de participer aux travaux, estimant que ce débat n’est pas inclusif.

Guinée: l’opposition appelle à manifester contre un 3e mandat d’Alpha Condé. Les responsables du Front national pour la défense de la Constitution se sont réunis lundi 7 octobre et ont appelé à des manifestations pour contrer les velléités du chef de l’État guinéen de se présenter pour un troisième mandat en 2020.

RDC: Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, séjourne à Bukavu, dans le Sud-Kivu, depuis le 7 octobre pour l’inauguration d’un nouveau laboratoire de transformation des produits agricoles de l’Institut international pour l’agriculture tropicale (I.I.T.A) à Kalambo. Il a souhaité lors d’un meeting que la République démocratique du Congo (RDC) puisse sortir de sa dépendance au secteur minier, à l’origine de nombre des malheurs du peuple congolais.

Bagdad : Première nuit de calme après une semaine meurtrière. Bagdad s’est réveillée mardi 8 octobre après sa première nuit calme au terme d’une semaine de manifestation et de violences qui ont fait une centaine de morts, après un appel au dialogue du président irakien.

Syrie : Après avoir laissé le champ libre à une offensive turque contre les forces kurdes en Syrie, Donald Trump a fait marche arrière lundi, dans la confusion et sous la pression internationale et de son propre camp, mettant la Turquie en garde contre tout excès. « Si la Turquie fait quoi que ce soit dont j’estime, dans ma grande et inégalable sagesse, que cela dépasse les bornes, je détruirai et anéantirai complètement l’économie de la Turquie », a tweeté le président des États-Unis.

Hong Kong: La cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam n’a pas écarté mardi 8 octobre la possibilité d’accepter l’aide de Pékin pour résoudre la crise politique dans son territoire, face à une contestation de plus en plus violente de la mouvance pro-démocratie. La région semi-autonome du sud de la Chine est depuis quatre mois le théâtre de manifestations et d’actions quasi-quotidiennes qui ont encore dégénéré ces derniers jours en des affrontements entre policiers et radicaux, lesquels se sont en outre livrés à des actes généralisés de vandalisme.

Mireille Bailly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.