Hauts-Bassins : la divagation des animaux, un phénomène préoccupant

0
Hauts-Bassin-la-divagation-des-animaux-animaux-un -phenomène-preocupant

La divagation des animaux reste comme un os dans la gorge au sein des sociétés. Elle ne va pas sans de lourdes conséquences qui vont même jusqu’aux affrontements entre éleveurs et agriculteurs, semant ainsi des germes de conflits.

La divagation des animaux est un phénomène très préoccupant. Au delà des dégâts que ces animaux provoquent sur leur passage, il y a des germes de conflits qu’ils sèment également notamment lorsque ces bêtes causent des dommages dans les champs des agriculteurs. Selon le rapport 2018 de la Direction Provinciale des Ressources Animales et Halieutiques du Houet (DPRAH), des dégâts des champs ont été enregistrés dans plusieurs localités. A Karangasso- Vigué, des pieds d’anacardes ont été détruits par 61 bovins. A Péni, sur la route de Banfora, une vache a été empoisonnée dans un verger de mangues, puis un autre dégât dans un champ de coton dans le village de Karangasso-Sambla.

Toujours selon le même rapport, 60 pieds d’anacardes ont été endommagés par 30 bovins dans le village de Bossora et 11 bovins sont morts empoisonnés ainsi que 4 autres abattus dans un champ de manioc. Ces énormes conséquences négatives liées à la divagation des animaux conduisent souvent à des affrontements entre agriculteurs et éleveurs. Quant aux origines, elles sont diverses mais le non respect des règles de pasteurisation en est la principale cause. C’est pourquoi monsieur Combray Evariste Thierry, Directeur Provincial des Ressources Animales et Halieutique du Houet appelle les éleveurs et autres propriétaires de bétails à se conformer à la réglementation selon laquelle peut conduire un troupeau toute personne bien portant âgée de plus de 18 ans. Il faudrait que ceux qui suivent les troupeaux soient à mesure de les canaliser afin que les dégâts soient évités, nous rentrons bientôt dans la saison pluvieuse, ajoute-t’il.

A ces dommages causés dans les champs, il y a les embouteillages et accidents que ce phénomène crée dans la ville. Une victime d’accident fait son récit. « Ce jour-là j’étais allé acheter du pain pour le petit déjeuner de la famille et à plus de 20 mètres j’ai vu des moutons que j’ai voulu éviter malheureusement, deux d’entre eux se sont dirigés dans la direction que j’avais prise. J’ai alors essayé une feinte et j’ai butté sur un autre puis je me suis retrouvé dans le caniveau avec ma moto » a confié Ouattara Roland à la retraite.

Pour ne pas en arriver au pire les autorités compétentes, quand elles sont saisies par les plaignants font leur constat et les dommages sont réparés.

Koné Yaya(Correspondant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.