CDP : le congrès reporté sine die

0
le-congrès-reporté-sine-die

S’ils se plient à la décision de justice leur interdisant de tenir le congrès extraordinaire alors prévu le 16 juin, les responsables du Congrès pour la Démocratie et le Progrès(CDP) estiment que cette décision est tout de même critiquable. Ils l’ont fait savoir lors d’une conférence de presse tenue le 15 juin à Ouagadougou.

≪ Le CDP est un parti républicain et comme tel, il se soumet aux décisions de justice≫.La formule du premier vice-président Achille Tapsoba ne traduit pas moins l’incompréhension au sein du parti de l’épi et de la daba suite à la décision du président du Tribunal de Grande Instance(TGI) de Ouagadougou suspendant la tenue du congrès et ce jusqu’à ce que le parti se conforme à ses textes.Lesquels stipulent que l’effectif du Bureau Politique National(BPN) ne saurait dépasser les six cents(600) membres.Or celui-ci comprend plus de 1000 membres et l’objectif du congrès visait justement à se doter d’un BPN dont l’effectif serait en phase avec les textes.

La décision de justice faisant suite à une plainte des militants et pas des moindres, le premier vice-président Achille Tapsoba estime qu’il y a une équivoque dans l’attitude desdits camarades.<< Nous les soupçonnons de vouloir liquider le parti.Mais il y a lieu de leur dire que le CDP est à l’image d’un roseau qui courbe sous les coups du vents et d’autres agressions mais qui finit toujours par se redresser≫ promet-il. Ce que la polémique sur la tenue du congrès revèle, c’est l’existence de deux équipes de frondeurs selon les mots du premier vice-président.L’attitude de ces frondeurs est de faire de Kadré Désiré Ouédraogo(KDO), le candidat du parti pour la présidentielle de 2020.Ce qui est d’autant plus curieux que l’interessé lui même ne se présente qu’en indépendant.Mieux, l’initiative est en contradiction avec l’esprit et la lettre des textes du parti qui en la matière sont formels: il revient au BPN de procéder au choix dudit candidat et le fondateur du parti, Blaise Compaoré ne dit pas autre chose lorsque son avis a été demandé.

Dans sa lettre, l’ancien président du Faso appelle au respect des textes non sans donner quelques directives: le candidat choisi doit faire preuve d’un militantisme actif. Pour Achille Tapsoba, l’attitude de la vingtaine de frondeurs s’inscrit tout simplement dans une logique ≪ parjure d’engagement≫ et le parti prendra des mesures idoines à partir du congrès pour leur sanction, a-t-il promis.

Soumana LOURA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.