FITMO 2019 : c’est parti pour la 17e édition

0
FITMO-2019-c-est-parti-pour-la-17-édition

Le comité d’organisation du festival international de théâtre et de la marionnette (FITMO) a organisé une conférence de presse le jeudi 10 octobre 2019 à Ouagadougou. L’objectif est de dresser le bilan des 30 ans d’existence du Festival et de parler de la tenue de la 17e édition du FITMO prévue du 26 au 02 novembre 2019, à Ouagadougou.

Du 26 au 02 novembre 2019, se tiendra à Ouagadougou la 17e édition du festival international de théâtre et de la marionnette ( FITMO). A en croire Amadou Kondé, président du FITMO international, cette 17e édition sera une édition anniversaire, car elle est couplée aux trente ans d’existence du festival. En terme de bilan, Amadou Kondé confie que depuis la création de ce festival en 1989, le FITMO a réalisé trois décennies durant, un parcours exceptionnel avec des éditions régulièrement tenues, des innovations permanentes et une qualité toujours renouvelée. « D’une dizaine de théâtre au départ le FITMO mobilise actuellement une centaine de groupes dans tous les arts et se déploie dans les villes de quatre pays d’Afrique de l’Ouest » a-t- il laissé entendre.

Par ailleurs, le FITMO 2019 va regrouper dans la capitale du Burkina Faso, des participants venus, entre autres de la Cote d’Ivoire, du Mali, Benin, Togo, France, Belgique l’Italie. Il faut noter que le FITMO n’est pas seulement un rendez-vous de spectacle. Au menu, des échanges sont prévus des ateliers, des conférences, colloques pour permettre aux participants de réfléchir sur le thème de la présente édition qui est : « Art, cohésion sociale et intégration des peuples » Le programme des spectacles est parsemé de théâtre, marionnette, dance, musique, conte, cinéma, arts visuels et plastiques, ce qui fera de la rue de l’espace Gambidi la rue la plus convoitée 7 jours durant.

La 17e édition du FITMO se passe dans un contexte marqué par l’insécurité. Pour les organisateurs de ce festival, c’est en cela que l’on reconnaît le rôle de la culture. C’est dans des moments de crise comme celle que le Burkina Faso traverse que la culture intervient comme pour donner du baume au cœur et apaiser les cœurs. C’est pour cela que nous tenons cette édition dans ce contexte assez agité en guise de contribution pour la patrie » a relevé Amadou Kondé, président du FITMO international

Flore KINI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.