Droit au logement : la marche de la centaine d’associations

0
Droit-au-logement-la-marche-de-la-centaine-d-associations

Excédées par les “promesses non tenues” à leur endroit, les associations membres de la Coalition des Associations pour la Défense du Droit au Logement(CADDL) ont battu le pavé le 16 mai pour dénoncer la politique ménée en marière du logement singulièrement dans la ville de Ouagadougou.

Les manifestants n’ont pas marchandé leur participation au mot d’ordre de ce 16 mai. Membres d’une centaine d’associations de lutte pour le droit au logement, ils se sont retrouvés à la bourse du travail. De là, armés de sifflets et de vuvuzelas et scandant des slogans hostiles aux caciques des régimes actuel et passé, ils s’ébranlent vers le premier ministère, non sans marquer quelques haltes propres aux manifestations de genre. “Ils nous ont promis que s’ils parvenaient au pouvoir, ils nous donneraient des parcelles, cela fait trois(03) ans que nous attendons” peste, le trémolos dans la voix, Alassane Ouédraogo. “Hier, nous avons réçu une lettre nous intimant de quitter notre maison alors même que nous n’avons nulle part où aller…” s’indigne Aminata Ouédraogo.

Les associations membres de la CADDL, notamment, le mouvement Burkinabé des Droits de l’Homme et ded Peuples (MBDHP), la Coalition de Défense des Acquis de l’Insurrection Populaire(CDAIP) et bien autres mouvements de la société civile sont engagés dans la défense du droits des citoyens. Après près d’une heure de marche, ils parviennent à la devanture du premier ministère. Ils entendaient en effet transmettre leurs attentes à l’endroit de celui-ci ainsi que de son gouvernement de sorte à ce que des solutions soient trouvées à la crise du logement. Le locataire des lieux, tenait presqu’en même temps son discours sur l’état de la Nation à l’Assemblée nationale.

Après quelques tractations et environ une demi-heure d’attente, c’est le secrétaire général du ministère de l’urbanisme et de l’Habitat qui a receptionné les doléances et a promis de les transmettre à qui de droit. Lesquelles invitent le gouvernement à commander un apurement du foncier depuis l’ère où Simon Compaoré était encore maire de Ouagadougou. Pour les lotissements prochain, les membres d’associations demandent à y être associés pour “promouvoir la transparence”. Ils demandent aussi au gouvernement de mettre fin aux activités des sociétés immobilières qui selon eux, compromettent l’accès au droit au logement.

Soumana LOURA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.