COMMEMORATION DU IV ANNIVERSAIRE DE L’INSURECTION POPULAIRE : la nation burkinabè rend hommage à ses héros

0
La nation tout entière par devoir de mémoire rend hommage aux héros nationaux des 30 et 31 octobre 2014 et ceux du putsch manqué des 15 et 16 septembre 2015 ce mercredi 31 octobre 2018, à la place des martyrs à Ouagadougou.
Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré

La nation tout entière par devoir de mémoire rend hommage aux héros nationaux des 30 et 31 octobre 2014 et ceux du putsch manqué des 15 et 16 septembre 2015 ce mercredi 31 octobre 2018, à la place des martyrs à Ouagadougou.

Chaque 31 octobre la nation burkinabè rend hommage à ceux qui se sont sacrifiés lors des évènements des 30 et 31 octobre 2014 ainsi que ceux du putsch manqué des 15 et 16 septembre 2015 pour que la démocratie règne au pays des Hommes intègres. Pour le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, il est tout à fait normal que nous choisissions une date pour commémorer l’ensemble de ces héros nationaux qui se sont battus pour la démocratie. À entendre le président Kaboré, ils ne se sont pas battus pour être des ministres, ni des députés, ni des maires et non plus pour obtenir n’importe quel poste.

Selon le chef d’Etat burkinabè, ils se sont battus parce que la démocratie était en danger et il est normal qu’en ce jour nous nous inclinions respectueusement vis-à-vis de ces personnes disparues. « Toutes les dates historiques ne doivent pas faire une politique politicienne parce que c’est un état de fait de la nation », a indiqué le président du Faso.

Quel qu’en soit la nature de l’événement notamment la fête de l’indépendance quel soit réel ou irréel c’est une célébration qui doit être commune. Quel qu’en soit notre vie politique ou notre point de vue religieux, nous ne pouvons pas occulter les dates historiques de notre pays. C’est très important pour la cohésion sociale quel qu’en soit les points divergents que nous pouvons avoir. Ce 31 octobre est un jour de reconnaissance et d’introspection vis-à-vis des héros nationaux. On ne peut pas mener la réflexion si on n’honore pas ceux qui sont tombés lors des événements des 30 et 31 octobre 2014 ainsi que ceux des 15 et 16 septembre 2015. Le peuple burkinabè est conscient et continue à maintenir sa combativité. Dans un état de droit les règles doivent être respectées et que chacun ait la possibilité de s’exprimer librement.

La résonnance de la lutte burkinabè a dépassé largement nos frontières, a fait savoir le chef d’Etat. C’est un acte qui a été salué non seulement par l’engagement que le peuple a eu mais également par sa prise de conscience parce que c’est ensemble que nous allons construire notre pays, a-t-il souligné. Le symbolisme de l’acte qui est établi après l’insurrection à ce que ce peuple sorte pour faire la propriété de ce pays et remettre les choses en état de fonctionnement est un acte de prise de conscience qui est salué un peu partout dans le monde. On ne peut considérer que les situations se ressemblent mais nous pouvons considérer que le monde entier s’inspire sur ce que le peuple burkinabè a fait en ces jours-là.

Saaniayouor KPODA (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.