Commémoration des 32 ans de disparition du président du CNR: les acquis de la révolution passés en revue

0
commémoration-des-32-ans-de-disparition-de-Thomas-Sankara-les-acquis-de-la-revolution-passé-revue
Pour commémorer l’assassinat du président Thomas SANKARA, la convergence de l’Espoir a animé le lundi 14 octobre 2019 au CFOP, à la Zone du Bois, un PANEL autour du thème suivant: les acquis de la révolution burkinabè. Le Dr Jean-Hubert BAZIE, Président de L’ESPOIR et ses camarades ont passé en revu les temps forts passés au côté de l’ancien président de la révolution.

Thomas Sankara, l’homme, l’on s’en souvient toujours. Si pour les uns , il était un dictateur, c’est sous des émotions que d’autres notamment le Dr Jean-Hubert Bazié, Firmin Diallo, Jean Emmanuel Ouali et Batian Benao ont refait la genèse de son histoire en égrainant quelques acquis de la révolution.  » Le thème du panel va permettre à la jeune génération de comprendre ce qui a été fait, ce qui a été laissé pour compte et ce qui a été jeté » explique Jean Hubert Bazié.

Parmi les nombreux changements évoqués par les panélistes, on peut citer quelques-uns. Au temps de l’illustre disparu, les langues nationales étaient promues. C’est ce qu’explique Jean Emmanuel Ouali appuyé par Jean-Hubert Bazié, président de l’espoir. Chaque membre du gouvernement avait pour obligation de choisir une langue afin de l’étudier. Aussi un autre fait, c’est le passage de la fière volta au dytanier ainsi que le nom de la république Burkina Faso tous en langue nationale.

Sur le plan de la santé, étaient mise en place des postes de santé primaires (PSP) avec l’opération un village, un PSP et des centres de santé de la promotion sociale (CSPS). En plus il avait la reconnaissance officielle de la médecine traditionnelle, l’organisation des tradi praticiens et la valorisation de leurs actes. Outre ces faits, les panélistes a l’unanimité ont évoqué la réduction du train de vie de l’État par la limitation des salaires, des membres du gouvernement et l’obligation pour eux d’utiliser des véhicules de petites cylindrées sans climatisation, pour leurs déplacements courant et de voyager en avion en classe économique. Également sur le plan judiciaire Jean-Hubert Bazié rappel la création des TPR(Tribunaux populaires de la révolution) dont les séances étaient retransmises en direct à la radio nationale, dans un souci pédagogique de transparence. L’aide judiciaire par l’intermédiaire des Songda, sorte d’avocats publics chargés d’assister le citoyen lambda dans sa quête de justice. A les entendre, se remémorer ces évènements passés au près du président du CNR est très émouvant.

En déplorant le départ du président, les panélistes disent ne pas être contre le mémorial « Thomas Sankara ». Cependant Jean Hubert Bazié dit être contre l’idée de la tenue d’un concert au cours de cette commémoration.  » C’est un deuil, et je ne comprend pas pourquoi vouloir tenir un concert ce jour si triste » a t-il déclaré.

Mireille Bailly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.