Circulation routière : Quand les usagers se retrouvent dans le non-respect de la piste cyclable.

0
Circulation -routière- Et -quand- les- usagers- se -retrouvent -dans- le -non-respect- de- la- piste- cyclable

Ouagadougou la capitale politique du Burkina Faso est estimé à environ trois millions d’habitants. Cela s’explique par sa croissance rapide s’estimant à près de cent mille habitant par ans. Au regard de cet état de fait, la circulation routière dans cette grande peut s’avérer difficile voire même compliquer. Cela amène certains usagers à poser des actes inciviques dans le seul but de gagner en tant.

Dans le but de mieux régir la circulation routière de cette grande ville, les voiries ont été réalisées de sorte à séparer les automobilistes des motocyclistes et cyclistes. A cet effet une portion de voirie urbaine appelée piste cyclable, a été réservée uniquement pour les motos et vélo, de sorte à ce qu’ils ne se mélangent pas aux automobilistes. Pour essayer de limiter la circulation automobile, la municipalité a décidé d’augmenter nettement le nombres de ces pistes cyclables dernièrement dans la ville.

Cependant, malgré cette organisation de la circulation routière, nécessitant même la présence des forces de l’ordre, certain usager se laisse souvent prendre en flagrant délit d’incivisme, pour cause, ces derniers ont laissé la piste cyclable qui leur est réservée et se sont retrouvés avec les automobiles. Ce débordement de comportement n’est pas sans conséquence, car c’est alors qu’ils se retrouvent nez à nez avec la police qui s’était camouflée a quelque part afin de leur tendre une guette à pan. La peine pour cet écart de comportement peut causer le payement d’une amende de 6000 F allant à 12000 fcfa si jamais on note un refus d’obtempérer de l’usager ou même le retrait de son engin.

Au-delà des amendes ou du retrait d’engins dont font face ses usager, ils peuvent être confrontés à de graves accidents pouvant même ôter leur vie. Par ailleurs le statistique des accidents de la route au titre de l’année 2018 s’élève à environ 6452 soit une baisse en moyenne de 5,75% par rapport à l’an 2017. Ceci étant la population de ouagadougou est confrontée à de grave danger de la circulation routière du fait du non- respect des règles de la circulation mais aussi du fait de la croissance rapide de cette population. Pour pallier à ces grands maux de la circulation routière, et si les premiers responsables songeaient à la réalisation des voiries à la taille de sa population de même qu’a la sensibilisation de la population qui souvent ignorent les règles ou ne veulent pas simplement les respectés.

Flore KINI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.