Chef de file de l’opposition politique (CFOP) : « le réveil tardif du ministère en charge de l’Education nationale met dans l’embarras les élèves et parents d’élèves à s’inscrire ». Adama Séré

0

Le chef de file de l’opposition politique burkinabè (CFOP) a animé un point de presse le mardi 11 septembre 2018, à son siège à Ouagadougou. Au cours ce celui-ci, plusieurs points ont été abordés. Il s’agit, entre autres, de la tenue du conseil supérieur de la défense nationale, du retour des pèlerins de la Mecque , de la décision du ministère en charge de l’Education nationale.

Dès sa rentrée du sommet sino-africain, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a présidé une rencontre du conseil supérieur de la défense nationale face aux multiples attaques terroristes. À l’issue de cette rencontre, « tout le monde s’attendait à ce que le chef suprême des armées annonce des mesures fortes afin de lutter efficacement contre l’hydre du terrorisme », a laissé entendre le président du Rassemblement des Ecologistes du Burkina (RDEBF), Adama Séré, dans son discours. « Le président du Faso répète la même chanson à savoir que des mesures seront prises », s’est-il indigné. Et d’aller un peu plus loin déplorer que le président Roch Marc Christian Kabore renforce toujours le désespoir des Burkinabè quand il affirme la nécessité que l’Etat reprenne l’initiative à l’Est. Pour l’opposition politique, le chef de l’Etat devrait convoquer le conseil supérieur de la défense régulièrement en cette période de guerre. Mais, il a mis près de quatre mois avant de convoquer à nouveau la structure pour réagir au lieu d’anticiper.

Pour ce faire, l’opposition a invité le gouvernement à anticiper que de réagir. Pour cela, elle appelle les autorités gouvernementales à revoir leur manière de communiquer autour des attaques terroristes. Selon l’opposition, les membres du MPP s’attardent à dire que ces attaques visent à renverser le pouvoir du MPP. Pour CFOP, c’est non seulement une manière de banaliser le fléau mais aussi une façon de décourager nos braves de défense et de sécurité. « Nos FDS n’ont pas mission prioritaire de mourir pour protéger le pouvoir d’un quelconque parti politique », a précisé l’opposition. Le président du PRIT-Lannaya, Mamadou Kabré, a laissé entendre que les FDS se sacrifient pour protéger l’intégrité territoriale du pays et protéger le peuple burkinabè et ses biens. L’opposition politique compte organiser une marche-meeting le 29 septembre prochain, mais le président du Faso appelle tout le monde au patriotisme et à l’unité nationale. À cette question des journalistes, l’opposition se dit être républicaine. Pour elle, les rôles sont partagés et l’opposition joue son rôle régalien qui est d’interpeller, de critiquer, de proposer et faire des suggestions au gouvernement. En ce qui concerne le hadj 2018, l’opposition a salué le retour des pèlerins des lieux saints de l’Islam. Cependant, elle a invité les acteurs impliqués dans l’organisation, à savoir les agences de voyage, les compagnies aériennes, et l’Etat, à plus de pitié à l’endroit des pèlerins et à avoir un esprit moins mercantile dans l’organisation du Hadj afin d’éviter le coût exorbitant et d’améliorer les conditions de séjour.

Quant au ministère en charge de l’éducation nationale, face à la forte demande en matière d’éducation, l’opposition déplore « le réveil tardif » dudit ministère qui a recensé plus de 200 établissements illégaux. « Ce réveil met dans l’embarras les élèves et leurs parents, d’aucuns ne savent plus où s’inscrire » ont-ils conclu.

Saaniayouor KPODA (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.