Cameroun-crise anglophone : les femmes s’engagent

0
Des femmes camerounaises ont organisé ce mercredi 29 août un sit-in à Buea pour dénoncer la crise qui frappe depuis près de deux ans l’ouest anglophone du pays. Elles appellent ainsi au retour de la paix.Bongo square, un espace dédié aux fêtes dans la ville de Buea au sud-ouest du Cameroun. C’est ici que se sont rassemblées ce mercredi pendant une heure, des femmes originaires du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Portant des pancartes dénonçant les violences, elles ont réclamé une seule chose : le retour de la paix.

Une paix ébranlée depuis le début de ce qu’on appelle aujourd’hui « crise anglophone ». Une situation née en novembre 2016, lorsque des Camerounais des zones occidentales d’expression anglophone ont commencé à revendiquer entre autres, la réduction de la fracture infrastructurelle et la représentativité équitable dans les institutions par rapport aux autres régions du pays.

Les dialogues initiés par Yaoundé, les arrestations de leaders de la sécession, les actions militaires ni le plan humanitaire d’urgence lancé par le gouvernement en juin dernier, ne suffisent pas jusqu’ici à faire baisser la tension.
Irrépressible besoin de paix

Et l’addition semble déjà très salée. Deux ans après son déclenchement, la crise anglophone a déjà fait plus de 85 morts au sein de la force publique et quelque 600 parmi les civils. Par ailleurs, près de 160 000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences, selon l’ONU, et 74 994 se sont réfugiées au Nigeria, d’après l’agence nigériane de gestion des urgences (SEMA).

Bien que le nombre exact de manifestantes ne soit pas encore disponible, ce sit-in intervient après la marche « pour la paix et la fidélité aux institutions de la République » du 31 juillet dernier à Buea. Il semble symptomatique d’un besoin irrépressible de paix des femmes camerounaises qui se sont adressées à tous les deux camps en conflit. Une manière de faire la guerre contre la guerre pour renouer avec le climat de paix qui prévalait jadis et naguère dans l’ouest anglophone du Cameroun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.