Burkina : « les sages de Manéga et le président Jean Baptiste Ouédraogo hypothèquent la Réconciliation et la paix pour cent (100) ans », dixit Aziz OUEDRAOGO, président de COCISTRO

0
Burkina -les-sages- de -Manéga -et -le -président -Jean -Baptiste- Ouédraogo -hypothèquent- la- Réconciliation -et -la- paix -pour- cent- (100) -ans - dixit -Aziz -OUEDRAOGO-président -de -COCISTRO

Le conseil citoyen pour le suivi de la transition et de la révolution d’octobre (COCISTRO) était face aux hommes et femmes de médias ce jeudi 13 février 2020 à Ouagadougou. Pour cause, donner leur analyse sur l’actualité nationale marquée ces derniers jours par les critiques du livre « Ma part de Vérité » du Président Jean Baptiste Ouédraogo et les recommandations des sages de Manéga.

L’actualité nationale, ces deux jours, est marquée par un débat houleux sur la publication du 1er tome du livre de l’ancien président Jean Baptiste « ma part de vérité » et sur les recommandations du comité des sages de l’appel de manéga, demandant aux acteurs de l’insurrection de s’excuser publiquement. En effet pour le président du COCISTRO, Aziz Ouédraogo, « Jean Baptiste Ouédraogo et les sages de manéga » par leur comportement « ont réveillé les vieux démons et enfoncé du même coup un puissant coup de couteau dans la plaie de fracture sociale de notre peuple qui était en voie de cicatrisation. »

Par rapport au livre de Jean Baptiste Ouédraogo, les conférenciers s’interrogent sur les fins recherchées par l’ancien président en publiant son livre. Pour eux, c’est incompréhensible que celui qui était, il y a 20 ans de cela, l’un des membres du collège des sages qui ont consacré Thomas SANKARA Héros National revient aujourd’hui nous parler de son soit disant « face hideuse ». « Jean Baptiste Ouédraogo a offensé les Héros. En tant que sage et faisant parti de ceux qui ont fait Thomas SANKARA, Héro, devrait avoir un peu de retenu », a laissé entendre Emile Paré, secrétaire chargé des questions politiques du COCISTRO. Ainsi, dit-il, il s’éjecte de l’histoire politique du Burkina Faso et ce par la pire des manières.

Pour ce qui est de la demande des sages de Manéga, sommant les « acteurs de l’insurrection de s’excuser publiquement », le COCISTRO la qualifie « d’une véritable alchimie qui cache mal leur négation de la valeur positive de l’insurrection populaire des 30-31 octobres 2014. Cependant, le COCISTRO réaffirme que seul le Haut conseil pour la Réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) institution légalement mise en place par les autorités républicaines est à même de proposer au peuple une voie de réconciliation et ce conformément à la charte signée par tous les acteurs civils, politiques et militaires du pays.

Aubin OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.