Bobo-Dioulasso : La 11ème édition du Gnamaya a fermé ses portes le 03 février 2019

0
Bobo-Dioulasso-La- 11ème- édition -du- Gnamaya -a -fermé- ses- portes -le 03 -février -2019

Débuté officiellement le 14 janvier 2019 à l’Institut français de Bobo-Dioulasso, l’événement s’est déroulé sur deux phases. Le vernissage et l’exposition. Gnamaya qui prône la récupération pour une nouvelle vie, fait partie de l’art contemporain. Il a vu la participation de vingt-cinq artistes (25) dont quinze (15) officiellement invités de la Cote d’ivoire, du Togo, du Ghana, du Burkina, d’autres pays de la sous région ainsi que de la Belgique. Sécurité et environnement fut le thème de cette onzième édition.

Monsieur Yssouf Dièro, artiste peintre et organisateur s’est dit satisfait. « Le bilan est très largement positif car tous les artistes invités ont fait le déplacement. Au cours de l’évènement nous avons mis l’accent sur le dialogue, la cohésion entre artiste peintre avec un accent sur le côté humanitaire pour véhiculer des messages vu le contexte de terrorisme et de changement climatique qui impliquent les hommes » a-t-il laissé entendre.

La deuxième phase de l’événement concernait l’exposition des tableaux dont l’Institut français et le Musée de Bobo-Dioulasso ont servi de cadre. On peut voir différents tableaux avec des images expressives des réalités quotidiennes. Malgré le succès de l’évènement Monsieur Yssouf Dièro, déplore l’inaction du ministère de la culture pour un soutien financier. « Quand on fait de l’art il faut qu’il évolue. Même si on n’a pas d’appui financier, on n’essaie de faire avec nos moyens de bord surtout avec la compréhension des camarades artistes peintre et l’appui de l’Institut français. L’objectif pour nous c’est de redonner une nouvelle vie aux objets que nous rassemblons pour véhiculer nos messages.» a-t-il martelé.

Après cette exposition, l’organisateur de Gnamaya mettre le cap sur l’Europe pour une exposition a Nantes en France puis en Allemagne au mois de mars 2019 avant la biennale de Ouagadougou en octobre prochain. Une extension du Gnamaya aux pays de la sous-région pour une rotation de l’événement artistique est une ambition que Monsieur Dièro souhaiterait réaliser.

Koné Yaya (Correspondant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.