Assemblée nationale : trois questions orales ont été à l’ordre des échanges

0
Assemblée-nationale-trois-questions-orales-ont-été-à-l-ordre-des-échanges

Dans l’après-midi du vendredi, 10 Mai 2019 à l’Assemblée nationale, la plénière a consacrée trois questions orales avec débats. Ces questions ont été adressées aux ministres des Infrastructures, et celui des transports et de la mobilité urbaine. Le retour des biens culturels et cultuels du Burkina Faso, la réhabilitation infrastructures routières en état de délabrement et les fausses immatriculations de motos et de véhicules à 4 roues ont été au cœur des échanges.

La première question est adressée au ministre de la culture, des arts et du tourisme, relative « au retour des biens culturelles et cultuels ». Une question du député Jacques Kodjo Palenfo, du groupe parlementaire Renouveau-démocratique (RD), en rapport avec l’engagement du président Emmanuel Macron, lors du discours de Ouagadougou, le 28 Novembre 2017 de restituer à « césar ce qui est à césar ». Cependant, étant absent à la plénière, les membres du gouvernement ont suggéré à ce que les honorables maintiennent la question pour une autre plénière.

La deuxième question du député Yahaya Zoungrana est adressée au ministre des Infrastructures, et est relative « au bitumage des routes et la réhabilitation des autres infrastructures routières en état de délabrement ». Dans ses réponses, le ministre a fait un rappel des différentes réalisations de chantier déjà exécutées, en cours ou non. En outre, il a relevé le manque d’argent, ou la lenteur des financements pour l’exécution de certains chantiers. En ce qui concerne certaines zones( l’est…..), l’arrêt de certains chantiers sont dû entre autre à l’insécurité. Toutefois, il a rassuré que le gouvernement met tout en œuvre pour découdre la situation.

La dernière question orale avec débats du député Anselme Somé est adressée au ministre des transports et de la mobilité urbaine, relative aux « 80.000 fausses immatriculations de motos en 2018 et 73 fausses immatriculations de véhicules à 4 roues en 2017 ». Avant de donner une réponse, le ministre a de prime abord relevé les types de fraudes ( les fraudes du point de vu documentaire, introduction de fausses cartes grises et fausses plaques utilisées par les revendeurs de cycles importés frauduleusement). Sur les données annoncées, le ministre à signifié qu’avec les saisies c’est plutôt 80.000 cartes grises qui pourraient être imprimées. Par ailleurs, il a rassuré de la bonne foi et du travail sans relâche de son département afin de lutter efficacement contre les faussaires.

Wendemi Annick KABORE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.