« Thomas Sankara n’était ni ange ni démon », Jean Baptiste Ouédraogo

1
Burkina-jean-baptiste-ouédraogo-livre-ma-part-de-vérité
L’ancien président Jean Baptiste Ouédraogo a écrit un livre, dont la cérémonie officielle de la dédicace a eu lieu le samedi 25 janvier 2020, à Ouagadougou. Intitulé « Ma part de vérité », cet ouvrage apporte un éclaircissement sur un pan de l’histoire du pays des hommes intègres. Il s’agit plus précisément de la narration des grands événements qui se sont déroulés de 1982 à 1987. Il donne également des témoignages sur la vraie personnalité de Thomas Sankara.  

Arrivé au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat qui avait renversé le régime du président Jean Baptiste Ouédraogo, le 04 Aout 1983, Thomas Sankara est assassiné le 15 octobre 1987. En seulement quatre années de règne, le leader charismatique et père de la révolution a marqué l’esprit des burkinabé et au-delà des frontières. Aujourd’hui encore, la jeunesse africaine le considère comme l’homme aux nobles idées et un repère à suivre. Cependant, nombreux sont ceux qui ne l’ont pas connu. Aussi, il y a eu plusieurs écrits et interprétations sur l’histoire de celui qu’on appelle le héros.

Selon l’ancien président Jean Baptiste Ouédraogo, l’histoire de Sankara a souvent été tronquée avec trop de mensonges. A l’en croire, la génération actuelle ne voit que l’image positive de Thomas Sankara, or il présente également une autre image qui est négative même si certains ne veulent pas qu’on en parle. C’est sans doute toutes ces raisons qui l’ont amené à prendre sa plume afin de relater ce qu’il sait de Thomas Sankara. Chose qui contribuera à rétablir un pan de l’histoire selon l’auteur du livre. « Thomas Sankara n’était ni ange ni démon mais plutôt comme une médaille à double face. La génération actuelle ne connait que la bonne face de l’homme », a laissé entendre Jean Baptiste Ouédraogo.

Ainsi, l’ancien président veut montrer à la génération actuelle que Thomas Sankara, en tant que Homme a aussi connu des dérives sous sa révolution. Une part de vérité qui aura certainement un goût amer pour les petits Sankara. Mais l’auteur souligne que ce livre n’a aucun intérêt de règlement de compte, mais au contraire une contribution pour la manifestation de la vérité.

Il faut noter que Jean Baptiste Ouédraogo a dirigé la Haute Volta du 7 novembre 1982 au 4 aout 1983 soit 6 mois.

 

MICHEL CABORE

1 COMMENTAIRE

  1. Vieux père, va mourir tranquillement à ton honneur au lieu de te faire des ennuis car SANKARA reste un HÉRO pour l’ Afrique et le reste du monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.