Terrorisme au Sahel : la coalition des femmes africaines dénonce la passivité de l’ONU

0
Terrorisme-au-Sahel-la-coalition-des-femmes-africaines-dénonce-la-passivité-de-l-ONU

La coalition des femmes africaines était face à la presse le dimanche 15 décembre 2019, à Ouagadougou. Objectif : lancer un appel aux présidents du G5 Sahel et à la communauté internationale à dégager de nouvelles stratégies afin d’endiguer l’hydre du terrorisme qui ne cesse d’endeuiller les communautés.

L’escalade des violences dans la zone sahélienne est devenue la problématique majeure qui occupe tous les esprits. En effet, chaque jour les populations vivent dans la terreur et la psychose totale. Nonobstant les multiples actions entreprises par les présidents du G5 Sahel, et la présence des forces militaires étrangères, la solution au mal reste toujours introuvable. Ainsi, face à l’échec de toutes les stratégies mises en place, il est nécessaire de revoir la façon de lutter contre les forces du mal. C’est dans cette optique que la coalition des femmes africaines, à travers une conférence de presse a exhorté les chefs d’Etat du G5 Sahel et à la communauté internationale à réfléchir sur de nouvelles stratégies susceptibles d’abréger la souffrance des populations.

Pour la coalition il serait également nécessaire de comprendre les motivations de ces ennemis et qui ils sont. Pour ce faire, une copie de leur appel sera remise à chaque président membre du G5 Sahel. « Il s’agit pour la coalition des femmes africaines, d’adresser un message solennel aux présidents du G5 Sahel, de la CEDEAO, et de l’Afrique pour une action allant dans le sens de l’union d’action et de la solidarité agissante africaine. Cela nous permettra de rechercher les fondements de cette crise profonde et travailler avec les populations à trouver des solutions définitives pour la paix et stabilité du continent » a déclaré Dr Justine Coulidiati- Kielem, présidente de la coalition.

Aussi, la coalition n’a pas manqué de dénoncer la passivité et le silence de l’ONU, face à l’escalade des attaques terroristes dans le Sahel. « Nous attendons de l’ONU à qui nous attirons vraiment l’attention sur la gravité de la situation face à laquelle elle est devenue muette, à prendre des mesures nécessaires pour mettre fin à ces attaques. Si elle n’agit pas les jours à venir, nous pensons qu’il faut l’attaquer pour les violences et les viols commis contre les femmes. Nous allons déposer une plainte contre l’ONU pour non-assistance à personne en danger » a renchéri la présidente de la coalition des femmes africaines.

MICHEL CABORE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.