Relève sportive au Burkina Faso : les forces vives de la région imprégnée du contenu

0
Relève-sportive-au-Burkina-Faso-les-forces-vives-de-la-région-imprégnée-du-contenu

La délégation conduite par le ministre en charge des sports et des loisirs Daouda Azoupiou a choisi Gaoua chef-lieu de la région du sud-ouest le vendredi 12 juillet 2019 pour le lancement de la mise en œuvre de la phase pilote du projet de la relève sportive au Burkina Faso. C’est la salle de conférence du conseil régional qui a servi de cadre d’échange entre les acteurs, les forces vivent de la région et la délégation ministérielle.

Le projet vise à mettre en place un concept d’école de formation en régime externat dans la région en vue de développer la pratique du sport à travers deux disciplines choisies par le sud-ouest ( football et hanball). Aussi, il est un projet d’envergure nationale et est ouvert à tous les enfants scolarisés ou non scolarisé sans distinction. En effet il prend en compte toutes les treize régions du pays. Ce projet permettra de prendre tôt les enfants douées, de réduire les fraudes sur l’âge des sportifs, de veiller à réduire leur éclosion, de promouvoir au final un sport de haut niveau performant par la détection, l’enregistrement, l’encadrement, la formation et le suivi. C’est le sud-ouest qui a été choisi pour la phase pilote.

Pour le ministre Daouda Azoupiou, la relève sportive consiste à développer le pôle de sport dans les treize régions , faire de telle sorte qu’il ait des écoles de formation qui concerne plusieurs disciplines, et au finish que le Burkina puisse disposer des viviers sportifs qui soient formés de façon progressive dans les établissements scolaires de notre pays afin de pouvoir alimenter le championnat national , à terme de disposer d’une bonne sélection nationale. Faire de telle sorte que le pays puisse rayonner par le sport sur le plan international, développer la diplomatie du sport car le sport permet de rayonner et de créer une cohésion sociale, le sport permet aujourd’hui de créer des richesses et d’emploi a martelé le ministre. Puis d’ajouter « nous sommes venus rencontrer les forces vives et les différents acteurs œuvrant dans le domaine du sport, permettre aussi à la population qu’elles puissent s’approprier du contenu de cette politique sportive de telle sorte qu’elles puissent adhérer puis s’impliquer à la réussite de ce projet ». Ce projet consiste à mettre en place des écoles de formation des jeunes âgés de 10 à 12 ans qui doivent être formés pendant cinq ans. Et selon les règles à la sortie ils seront transférés dans des structures sportives pour alimenter le championnat.

Les parents doivent jouer un rôle primordial dans l’accompagnement des enfants, pour Geoffroi Ouédraogo secrétaire technique de la relève sportive au Burkina Faso si un enfant a la motivation des parents il peut mieux travailler, les parents doivent s’assurer que l’enfant étudie bien parce le concept c’est « sport d’étude ».

Dans les jours à venir, selon M. Ouédraogo un camp vacance sera lancé afin de détecter les jeunes talentueux dans toutes les quatre provinces du sud-ouest à l’issue de cette détection, 35 enfants seront retenus dans la région pour la visite médicale et 25 à 30 enfants seront finalement destinés aux différentes écoles pour la formation.
Ce projet va permettre de former des viviers sportifs en vue d’alimenter le championnat et la sélection nationale.

Victorien DIBLONI (Correspondant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.