RDC : l’ONU demande à Kinshasa de permettre le retour de Moïse Katumbi

0
Quinze mois après sa première lettre, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a une nouvelle fois demandé à l’État congolais de permettre le retour, en homme libre, de l’opposant en exil Moïse Katumbi.

 

Kinshasa est « notamment tenu de prendre toutes les mesures nécessaires en vue d’assurer que [Moïse Katumbi] puisse rentrer en RDC ». Datée du 29 août, cette correspondance du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, adressée à Me Éric Dupond-Moretti, avocat de l’opposant en exil, intervient quatre semaines après la double tentative de Moïse Katumbi de regagner le pays.

Début août, Moïse Katumbi a en effet essayé de rentrer en RDC par la frontière de Kasumbalesa, dans le sud du pays. En vain. Candidat déclaré à la présidentielle, le leader de la plateforme Ensemble pour le changement n’a ainsi pas pu déposer son dossier à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Dans la foulée, l’opposant a saisi le Conseil d’État.

Dénonçant un « acharnement continu » de Kinshasa, Moïse Katumbi avait déposé, début juin 2017, une plainte contre l’État congolais devant le Comité des droits de l’homme des Nations unies, à Genève. Ce dernier avait alors exhorté les autorités congolaises à permettre le retour de l’opposant en homme libre pour qu’il puisse se présenter à la présidentielle, en attendant la fin de l’instruction de sa plainte.
Kinshasa « tenu de protéger » Katumbi

Quinze mois plus tard, Moïse Katumbi n’a toujours pas pu rentrer en RDC, où il est entre autres poursuivi pour atteinte à la sûreté nationale et condamné dans une affaire de spoliation immobilière. Son avocat a réintroduit d’autres « commentaires » le 25 juillet et le 3 août auprès du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme.

Et comme en juin 2017, celui-ci déclare que l’État congolais est « tenu de prendre toutes les mesures pour garantir à [Moïse Katumbi] son droit à la liberté et à la sécurité en le protégeant contre toute forme d’arrestation ou de détention arbitraire pendant toute la durée de sa communication par le Comité ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.