Procès du putsch : le lieutenant Limon K. Jacques crie au complot

0
En ce lundi 10 septembre, le lieutenant Limon était à son deuxième jour de comparution. Un temps décoré pour avoir fait échec au putsch, il sera compromis suite à l’expertise de ses communications pendant ledit coup d’Etat. Mais lui estime être l’objet d’un règlement de compotes.  

En décembre 2015, le lieutenant Limon K. Jacques alors cinq fois récipiendaire, recevait une décoration pour avoir contribué à déjoué le coup d’Etat entrepris quelques mois plus tôt. Sauf qu’une expertise des communications du lieutenant est passée par là. Celle-ci révèle qu’avant d’aider les « loyalistes », le lieutenant s’était mis au service des putschistes notamment en informant le capitaine Zoumbri sur le fait que des colonnes en provenance de Bobo-Dioulasso, avaient passé la ville de Sabou en direction de Ouagadougou avec en prime une interpellation « la nécessité pour le RSP de prendre des mesures pour parer à toute éventualité ».Dans un autre message, le désormais sextuple médaillé informait le capitaine Zoumbri sur le fait que « trois brigades mal équipées arrivaient de Ouahigouya… ».Dans un autre, le lieutenant insistait sur la nécessité de devoir mettre fin à l’activité de certaines radios qui « montaient les gens contre nous… »

Acharnement

Pour le lieutenant, sa seule présence au tribunal est due à un fait pour lequel on voudrait l’accabler parce qu’en tant que chef de cabinet au ministère de défense à l’époque des faits, il aurait manqué de coopération. Il s’agirait de deux marchés publics d’une valeur de près de 600 millions de francs CFA et pour lesquels des personnes dont le colonel Sita Sangaré et l’expert Younoussa Sanfo chercheraient à le compromettre. « Les messages me mettant en cause ont tous été manipulés … » estime l’accusé. Ce qui n’a pas retenu l’assentiment du parquet qui estime si le directeur de la justice militaire- le colonel Sangaré en l’occurrence- était compromis, il aurait demandé que l’accusé soit mis hors de cause. Lequel accusé omet d’apporter la preuve du caractère trafiqué des messages contenus pourtant dans le procès-verbal dont l’accusé a reconnu la fiabilité…avant de se rétracter. Et le parquet de conclure : le lieutenant Limon a dans un premier temps coopéré avec les putschistes avant de se raviser au profit des ‘’loyalistes’’-d ‘où la décoration qui est antérieure à l’expertise du téléphone de celui qui n’était alors qu’un inculpé. Le dossier sur les marchés ne serait pour le parquet et la partie civile qu’une « diversion » d’autant que le lieutenant n’en a pas fait cas ni devant le juge d’instruction, ni à la chambre de contrôle.

Soldat « cordial et héroïque »

Pour la défense de l’accusé assurée par maitre Mamadou Sombié, le lieutenant –en témoigne le nombre de ses médailles et surtout la dernière-est plutôt un héros en plus d’être un homme de tout le monde. « C’est du fait de sa cordialité que le capitaine Zoumbri lui a fait appel et pour rien d’autre » plaide Mamadou Sombié. Héros, puisqu’il a défendu le très stratégique ministère de la défense à un moment de troubles à travers la prise en charge-« sur fonds propres »- de la restauration des agents commis à cette tâche. La défense promet du reste de sortir les grands moyens quand le moment viendra. Pour celle-ci en effet, le colonel Sangaré a bel et bien pactisé avec le lieutenant dans l’affaire des marchés et cela vaut aveu. « Pendant le coup d’Etat beaucoup d’argent occulte a circulé » a –t-elle laissé entendre.

Soumana LOURA

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.