POLITIQUE : le MPP demande à ses adversaires de cesser toute manipulation stérile et puérile

0
Exif_JPEG_420

Le mardi 7 août 2018, le Mouvement du Peuple pour le Progrès(MPP)a animé une conférence de presse à Ouagadougou. Le but de cette rencontre avec les Hommes des médias était de faire part de son opinion en tant que parti politique sur la question de pièces qui serviront comme moyens de  vote des Burkinabè de la diaspora qui a suscité le débat au sein de la sphère politique. La conférence a été animée par Simon Compaoré président du parti.

Malgré son adoption le 30 juillet dernier par les deux tiers de la représentation nationale qui a constitué une victoire pour le MPP et ses alliés, ils ont tenu à se prononcer vis-à-vis des faits et gestes de l’opposition. Selon Simon Compaoré, il y a juste quelques mois, Zéphirin Diabré défendait la nécessité d’aller au vote avec un document unique en l’occurrence la Carte Nationale d’Identité Burkinabè (CNIB). C’est pourquoi dit-il : « Dans la gestion de ce dossier, la mauvaise foi de l’Opposition était manifeste à l’image d’un danseur de tango un pas en avant et un pas en arrière en brandissant des arguments de repli tel le fichier électoral, les pièces d’inscriptions et de vote et les lieux de vote ».

A en croire Simon Compaoré, le Burkina va vivre la première expérience de votation de sa diaspora et il importe au président du Faso, au MPP et à l’Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle(APMP) à la Commission ElectoraleNationale Indépendante(CENI) et à l’Office Nationale d’Identification(ONI) que l’organisation mise en place à cet effet fonctionne normalement, quitte à en tirer les enseignements pour les prochains scrutins.

Par ailleurs, Simon Compaoré poursuit qu’il déplore le fait que certains partis politiques arborant fièrement le statut de chef de l’opposition se laissent manipuler par ceux qui ont causé un tort à notre peuple. « Soyons responsables. La diaspora burkinabè n’est l’apanage d’aucun parti politique. Toutes les sensibilités y sont présentées. En cas de vote, le peuple est souverain. Le MPP demande à ses adversaires de cesser cette manipulation stérile et puérile. La ficelle est assez grosse et en plus est cousue de fil blanc » a-t-il- ajouté.

Concernant la gestion du fichier électoral, le MPP estime qu’il est de bon aloi que l’ONU s’occupe conjointement avec la CENI des inscriptions. Cette démarche donne de la clarté à l’opération et procède du souci de minimiser les coûts et afférents dans un souci d’économie budgétaire.

Par rapport aux lieux de vote, « le code électoral est formel » a dit le président du parti du soleil levant. Par ailleurs, poursuit-il en ce sens : « ce sera dans les enceintes de nos ambassades et des consulats généraux. C’est à ce niveau que s’exerce aussi la souveraineté de notre pays et permet de sécuriser le vote des Burkinabè. Pensez-vous qu’un pays peut mettre à la disposition du Burkina 3000 bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire pour permettre le vote d’une diaspora ? ».

In fine, Simon Compaoré  dit signifier clairement que le MPP veut aussi gagner les élections de 2020 mais  pas à n’importe quel prix comme l’Opposition qui veut le pousser dans l’impasse. D’où l’invitation à ses adversaires de cesser toute manipulation stérile et puérile car dit-il : « la ficelle est assez grosse et en plus est cousue de fil blanc ».

Wendemi Annick KABORE

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.