Période d’hivernage : Le commerce du sable en plein essor

0

Le  sable, un   matériel  indispensable  à  la construction des  maisons.  Pour  se  procurer   de ce précieux agrégat,  il    faut   se   référer  aux  vendeurs.  Un   commerce  qui  est   en   plein  essor   en   cette  période   de  pluie  ou  la   demande   devient  de  plus   en  plus   croissante .

Le sable vendu sur le site sinyiri  au  SIAO  provient  généralement   des  localités   comme Montiodo,  Tarnaghuin  ou à  Tapélé. Ces   vendeurs quittent  la  ville   de Ouagadougou pour aller en brousses pour payer. Le  remorque est à 60 OOO FCFA    avec  les  femmes   qu’ils  viennent  revendre à 70  000 FCFA sur  le   site ( soit 8 metre   cube y  compris  le  déplacement  avec  le   camion).  Ce  prix   est   le  même  pour  tous  ceux  qui  opèrent  sur le   site.  Il   y  a aussi des  intermédiaires   dans   ce   commerce qui   payaient   et revendent  avec  le client pour  en  tirer  un peu   de  bénéfices.

Assis   devant  les  sables  ,ces commerçants  du  sable  n’attendent que , les clients  viennent  passer  la   commande  ,  soit   directement  sur  le site  ou soit par  téléphone et  ils  vont faire   la   livraison   sur   les   chantiers   de   construction.

La   qualité   du  sable aussi en  dépend selon   Jules   Kaboré   la  quarantaine  qui   est  dans ce   métier   depuis   1998,   maitrise   totalement  le  rouage   de   ce   commerce.  En   effet  les   sables  proviennent  de   localités   différentes.   Zorgho, Dakola, et  Manga.  Généralement  les  sables  qui   viennent  de  loin   sont  de   bonnes   qualités et  sont vendus  chers   par  rapport  à   ceux   qui   sont  prêt de de  la   ville   .

Avec  l’exploitation   du  sable  près   de   la  ville des  localités   telles  que  Montiodo  Tarnaghuin  ou à  Tapélé  ,  il  n’y a  plus   de  sables   de  bonnes   qualités. Sur  le site  de sinyiri au  SIAO , on  y  trouve du  sable ,  le  gravier  et  le  quartz . Le prix  est  différent. 8 m 3 à  80  000 FCFA et,  4 m3  à 60 000 FCFA

Outre  ces  commerçants,  il  y   a  aussi    ceux qui s’adonnent à  ces activités en cette période de vacances. Tiemtoré Abdoul qui a réussi  à   son   examen   du  BEPC,  avec sa charrette  après  la pluie   ,  arpente  les  caniveaux   de son quartier à  la recherche du sable. Après  avoir  rempli sa   charrette , il  le revend aux  particuliers soit  à ceux  qui sont  installé   sur  le  site de sinyiri au  prix   de  4 000 FCFA . «Je fais ce   commerce  chaque  vacance. C’est avec ça que j’arrive  à payer ma  scolarité » a t- il expliqué.

Le commerce est  rentable vue  la  demande croissante  pour  la construction des  maison ,  mais   c’est  plutôt   en   cette période hivernale  que les  gens   payent  plus  le   sable  car  il   est  démontré  qu’à cette  période   il  y   a   pas  trop   de  soleil.

L’approvisionnement  du  sable   en  cette   période  est très   difficile. A  en  croire  Jules  Kaboré,  les   sites   d’exploitations   sont  inaccessibles   à cause du  mauvais   état   de  la   route.  Aussi  Cette  période   coïncide   avec  les   activités   champêtres  ce  qui  fait  que  les  femmes  n’ont  pas  assez  de temps  pour  aller  chercher le  sable.

Avec  l’expérience au   fil   des   années  Jules   Kabore   arrive   à  distinguer  le   sable   de  bonne   et  de   mauvaise   qualité   . Il   y a   le   sable  du gros  grain    et le  sable  fin    qui   est  bon   pour   le  crépissage. Au dire de sieur KABORE, certains   maçons   n’apprécient pas le mélange de ces deux types de sable pour le crépissage.    A contrario,   le   sable   mélangé  sert  à  la  fabrication   de   briques   et  du  béton.

Fiakofi Kossi (Stagiaire)

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.