Nanéma Ouséni Faisal : le président du QG de soutien au CND

2

Nanéma Ouséni Faisal a comparu ce lundi 08 octobre 2018 devant le tribunal militaire. Deux chefs d’accusation lui sont reprochés : complicité d’atteinte à la sureté de l’Etat et de recel de biens.

Parti de son domicile pour ensuite faire escale à l’hôtel Lybia, Nanéma Ouseni Faisal s’est rendu au siège du CDP pour annoncer à Eddie Comboigo que sa candidature a été rejetée et qu’il voyageait. Puis direction, le jardin yennega où il a constaté à partir de son téléphone que le conseil des ministres a été interrompu. « Dieu merci » affirme-t-il avoir réagi.
Selon lui c’est aux environs de 15h30 que le petit frère du général l’aurait appelé en ces termes : « c’est à quelque jour de la campagne qu’ils font ce coup ? si c’est mon grand frère, je ne compte pas le soutenir car je suis un homme d’affaire pas un homme politique ». Dans la matinée du 17 Septembre vers 7h à travers les ondes j’entends un communiqué qui invite les jeunes à se réunir à la place de la nation pour soutenir le Conseil National de la Démocratie (CND), « communiqué que Nanéma affirme avoir relayé sur sa page facebook appelée QG de soutien au CND (ndlr) ». Dans la suite de son intervention, l’accusé affirme que vers 10h30 il a aperçu un groupe de jeune qui se dirigeait vers l’ouest avec pour mot d’ordre aller bruler le domicile de Salif Diallo. « Mais c’est mal connaitre Salif Diallo »s’exclame-t-il. Et, une fois au domicile, les militaires sur plus place faisaient des tirs de sommation pour dissuader les gens et martelaient en ces propos : « si vous brulez le domicile de Salif Diallo nous allons venir vous frapper à la place de la nation ».


Des objets « France au revoir » au monument des martyrs

Le 18 septembre Nanéma Ouséni Faisal dit s’être rendu à l’hôtel Lybia pour rencontrer les présidents Macky Sall et Yayi Boni (Yayi Boni lui a même donné une enveloppe de deux millions de FCFA –ndlr). Puis poursuit qu’en rentrant il a aperçu des gens qui vendaient des objets qu’ils qualifiaient de France au revoir au niveau du monument des martyrs. « Je me suis arrêté et j’ai acheté un sac à 5000FCFA, un fer à repasser à 12500FCFA et une statuette à 20.000FCFA » a affirmé Nanéma. Par ailleurs, il a fait savoir que ce n’est que le 19 septembre qu’il a eu vent du saccage du domicile de Salif Diallo et qu’à ce moment intérieurement il s’est dit que les objets qu’il a acheté venaient surement de là-bas. « Si je l’avais su à temps j’aurais tout acheté pour remettre à Salif Diallo qui est mon parrain. En plus il n’y a pas de barrière entre lui et moi » soutien l’accusé. En outre, il a laissé entendre que l’épouse de l’ex ministre de l’intérieur Jérome Bougouma lui a remis la somme de 500.000FCFA afin qu’il mobilise les gens pour aller casser la MACO car son époux avait été arrêté. Dans le but de la rassurer j’ai attendu 5mn pour la rappeler et lui faire savoir que le général règlera la situation. Mais vu la difficulté pour le partage du butin il a opté ramené les « sous » à son propriétaire. Alors les militaires se sont opposés en disant que « si on donne l’argent de la politique, on ne ramène plus ». Cette même mésentente de partage a fait qu’il n’est pas rentré en possession des 4.500.000FCFA restant.

Incendie chez dame Safiatou LOPEZ
Nanema Ouseni Fasal a affirmé que Lopez et lui n’était pas du même bord et même qu’il ignorait qu’elle avait une maison. Et d’ajouter : « notre but était de chercher à gérer le pays pas de bruler les maisons des gens. Aujourd’hui cette même dame est incarcérée par ceux qu’elle défendait hier. Mon souhait est que le CDP vienne au pouvoir en 2020, là on verra ce qu’elle viendra dire ».
Au regard des éléments de son « registre de croup » et son attitude le parquet estime que Nanéma est un habitué de la barre. Toutefois est-il qu’eux ils sont là pour prouver à l’opinion publique qu’il n’a pas été conduit à leur barre par erreur. Dans la suite de l’interrogatoire et des lectures de Procès-Verbaux de Dah Sami par le parquet l’accusé se laisse emporté « c’est la déclaration de Safiatou Lopez et de Dah Sami qui m’ont conduit à cette barre. Moi-même je vais poursuivre Dah Sami pour diffamation » martèle l’accusé. Après une suspension de 20mn, maitre Arnaud Sampebré dit se référer au barreau pour se décharger de ces deux dossiers. Les avocats estiment que sa décision est tout à fait fondée et encourage sa sagesse ; l’interrogatoire est donc suspendu en attendant qu’une solution soit trouvée.
Le procès se poursuit demain avec à la barre le journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss accusé d’attentat à la sureté de l’état, de coups et blessures sur 42 personnes et de meurtres de 13 personnes.

Wendemi Annick KABORE

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.