Moving Basket-ball camp féminin : 10 jours d’initiation à la balle au panier

0
Moving-Basket-ball-camp-féminin

La 13e édition du Moving Basket-ball Camp féminin a pris fin le samedi 28 décembre 2019, sur le plateau du Lycée Philippe Zinda Kaboré. Au moins une soixantaine de filles âgées de moins 15 ans en ont pris part.

Moving-Basket-ball-camp-fémininLes congés du premier trimestre n’ont pas été du tout repos pour les jeunes filles âgées de moins 15 ans du Lycée Philippe Zinda Kaboré. En effet, durant dix (10) jours elles ont été initiées aux « B.A-BA » de la balle au panier. Lancé depuis le 18 décembre dernier par la Sénégalaise Astou Ndiaye ancienne internationale, par ailleurs marraine de cette 13e édition.

Les passes, les dribbles, les tirs et défense sont entre autres exercices appris aux novices.
« Toutes celles qu’on a regroupées n’ont jamais touchées à la balle orange. Si nous nous préoccupons du basketball féminin burkinabè qui est totalement en train de mourir. Notre inquiétude est de pouvoir relever ce défi », a indiqué le coach Atsonglé Sylvestre. Aussi, Il a souligné qu’ils doivent se dire qu’ils peuvent créer une équipe féminine en ajout à quelques rares qui existent déjà. « Ces filles nous ont montrés cette volonté, cet engouement de le faire »
« Ils nous arrivent parfois de nous emporter un peu, de les ramener à l’ordre. La formation n’est pas seulement dans le sens sportive mais également sociale en les amenant à s’accepter entre elles, en se comprenant, en se tolérant entre elles. Nous sommes donc satisfaits des dix (10) jours de travail », s’est-il réjoui.

Pour Sylvain Zingué, promoteur de cette 13e édition, ce camp est une nécessité parce qu’on a toujours évolué dans la formation des plus jeunes. Depuis les 12 ans de camp que nous faisons, c’était essentiellement des garçons. Aujourd’hui, ces garçons se comportent assez bien sur la scène nationale et internationale. Au niveau des filles, on essayait mais ça ne marchait pas. Nous nous sommes dit que nous allons demander un partenariat avec un établissement de la place.
« Astou Ndiaye nous avait contacté de faire son camp, à la base c’était un camp de perfectionnement et d’initiation. Nous lui avons proposés de jumeler cela avec le nôtre. Après son camp du 18 décembre, nous avons enchainé avec le nôtre. Du coup, elle est la marraine de ces jeunes filles », a expliqué Sylvain Zingué.

Pour lui, ces filles ont déjà quelques notions. Il y a beaucoup à faire, mais l’essentiel est qu’elles ont déjà l’amour, la passion. Elles ont déjà des objectifs, un rêve qu’elles veulent accomplir. « Nous avons profité leur transmettre beaucoup de messages sur la santé sexuelle, le civisme et la réussite de la vie »
Soulignons que celles qui se sont les mieux illustrées ont reçues des prix d’encouragement. Cependant, toutes les participantes ont reçu chacune une attestation de participation.

L’œil du Sport (Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.