Mauritanie : derrière les législatives, la suspicion d’un troisième mandat pour Aziz

0
À la veille du premier tour des législatives en Mauritanie, samedi 1er septembre, le débat sur l’éventualité d’un troisième mandat du président Mohamed Ould Abdelaziz revient sur le devant de la scène politique. Les opposants montent au créneau, tandis qu’au sein du parti au pouvoir, les stratégies divergent.

 

« Ceux qui parlent souvent de troisième mandat doivent d’abord gagner les législatives et permettre à l’UPR [Union pour la République, parti présidentiel] d’obtenir une majorité écrasante au Parlement. Cette majorité est indispensable pour continuer la réalisation de nos projets ». Il a suffi que le président Mohamed Ould Abdelaziz lâche cette phrase, le 24 août à Rosso pour relancer la polémique. Aussitôt l’opposition (FNDU, Tawassoul, RFD, UFP, IRA) est montée au créneau pour dénoncer pour la énième fois le projet supposé du chef de l’État de réviser la Constitution afin de pouvoir se représenter pour un troisième mandat présidentiel, à ce jour inconstitutionnel.
Signes avant-coureurs ?

Le président a affirmé à plusieurs reprises qu’il ne se représenterait pas en 2019 mais, dans son propre camp, certains font campagne pour qu’il se maintienne au pouvoir, notamment le Premier ministre Yahia Ould Hademine, le ministre de l’Économie et des Finances Moctar Ould Diaye, le porte-parole du gouvernement Mohamed Lemine Ould Cheikh.

Au printemps, des affiches appelant à un troisième mandat avaient été placardées sur les lampadaires de Nouakchott. Il ne se passe pas un meeting de la majorité sans que des élus et des partisans du président lui demandent de changer d’avis et de « finir le travail commencé en 2009 ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.