L’actualité du monde en bref du 18 novembre

0
L-actualité- du- monde- en- bref

Burkina Faso : L’armée affirme avoir tué 32 terroristes

Selon l’armée burkinabè, vingt-quatre personnes ont été tuées au cours de plusieurs heures de combats dans la forêt de Yorsala, dans le nord du pays, au cours desquels un soldat a également trouvé la mort. Une autre opération menée à Bourzanga dans le Bam, a parmi de neutraliser 8 assaillants portant le nombre total à 32. L’information a été donnée le dimanche 17 novembre 2019.

Sénégal : la France remet au Sénégal un sabre chargé d’histoire

Edouard Philippe, le premier ministre français a remis à Macky Sall le sabre d’El Hadj Omar Tall, une très belle pièce de fer, de laiton, de cuivre, de cuir et de bois avec son étui faisant partie des collections du Musée de l’armée à Paris.S’il ne s’agit pas encore à proprement parler d’une restitution, ce geste en est « la première étape », a dit le Premier ministre français au cours d’une cérémonie à la présidence sénégalaise le dimanche 17 novembre 2019.

Mali : La France s’estime diffamée par Salif Keïta

Les propos du musicien malien, qui invite le président Ibrahim Boubacar Keïta, à ne plus obéir au « petit Macron », ont un « caractère infondé, diffamatoire et outrancier », selon l’ambassade de France au Mali. « Si tu as peur de dire la vérité à la France, (…) quitte le pouvoir, celui qui n’a pas peur le prendra, tu passes ton temps à te soumettre à ce petit Emmanuel Macron, c’est un gamin. (…) Tu n’es pas au courant que c’est la France qui finance nos ennemis [djihadistes] contre nos enfants ? » tels étaient les propos du musicien durant ce week-end.

Hong Kong : un campus universitaire assiégé, la police à cran

Des centaines de manifestants étaient retranchés, lundi, dans l’Université polytechnique de Hong Kong. Ils se préparent à un affrontement avec la police qui s’est dit prête à riposter pour répondre aux « armes létales » des émeutiers.La situation est de plus en plus tendue à Hong Kong. Les forces de l’ordre ont fait usage, lundi 18 novembre, de gaz lacrymogène contre des dizaines de manifestants pro-démocratie qui tentaient de fuir un campus universitaire qu’elle a encerclé. Des centaines de contestataires y sont toujours retranchés.

Iran: le pouvoir reste ferme sur la hausse du prix de l’essence

Dans sa première intervention, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a soutenu la décision des autorités d’augmenter le prix de l’essence, mais le mouvement de protestation a continué et plusieurs personnes, dont un gradé de la police, ont été tuées. Les manifestations parfois violentes ont touché une trentaine de villes du pays. A Téhéran, une partie des commerçants du Bazar ont fermé leurs boutiques. Dans d’autres villes, des banques ou encore des commissariats ont été incendiés. Plusieurs personnes ont été tuées dans ces manifestations, notamment à Sirjan dans le sud du pays ou encore à Kermanshah dans l’Ouest.

MICHEL CABORE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.