La vente du mais grillé : un commerce prisé en saison hivernale

0
Exif_JPEG_420

La vente du maïs grillé est devenue l’activité préférée de plusieurs femmes à Ouagadougou en cette période hivernale. Il est difficile de faire un tour dans le centre-ville, les périphéries et quartiers résidentiels sans voir cette activité. Nombreuses sont les femmes qui s’adonnent à cette activité au point que nous nous interrogeons sur l’intérêt qu’engendre ce type de commerce.

 

Contrairement aux femmes des pays côtiers qui s’adonnent à la grillade de poisson, de banane…, au Burkina Faso, c’est le maïs de préférence qui est  soigneusement grillé sur des fourneaux par les femmes et jeunes filles en période hibernale. Une période  qui coïncide d’ailleurs avec les vacances. En effet, difficile de parcourir un six mètre sans apercevoir une femme ou une fille assisse auprès d’un fourneau, et un éventail en main grillant du maïs. Ce commerce est beaucoup propice en ces temps dans la mesure où il est facile de se procurer du mais frais. « Je travaillais avec une dame qui peine à me payer. Et comme c’est la saison du mais j’ai arrêté et je me suis adonné à ce commerce pour pouvoir subvenir à mes besoins » a confié une  jeune fille vendeuse de mais grillé à Gounghin. Selon ses dires, elle entame son activité entre 9h et 10h pour finir vers 21h. « J’achète mon mais au marché, souvent pour 5000 FCFA si j’ai beaucoup acheté c’est pour 7000 FCFA. Après la grillade, je peux comptabiliser un bénéfice de 2500 FCFA et même plus » a-t-elle déclaré. Grâce à ce petit commerce j’arrive à me prendre en charge et à subvenir un tant soit peu au besoin de ma famille. Par ailleurs, elle signifie que le prix d’achat du maïs  est abordable cette année par rapport à l’année dernière ; situation qu’elle explique par la bonne pluviométrie.

 

Tout comme cette jeune fille, nombreuses sont ces femmes qui soutiennent leurs époux à travers cette activité. Selon  SH une dame qui a préféré s’exprimer sous anonymat, cette activité est rentable. « Avant j’étais ménagère. Mais vu la situation de la maison et la disponibilité du maïs en cette période hivernale, je me suis engagé dans ce commerce pour soutenir mon mari qui se débrouille aussi. Et je puis vous affirmé qu’avec ce commerce j’arrive à assurer le repas quotidien de mes enfants » a témoigné SH. Et d’ajouter, qu’avec 2000F de mais elle peut avoir au moins 1000 FCFA  de bénéfice.

En plus de l’hivernage, vu que cette période coïncide avec les vacances scolaires, certaines élèves en profitent pour se faire de l’argent dans le but de préparer leur rentrée scolaire. «Je suis élève en classe de 4ième  et comme je ne veux pas trainer à la maison à ne rien faire, j’ai préféré vendre du maïs grillé et payer mes fournitures avec l’argent que je vais gagner», a affirmé ELSA, qui vend régulièrement du maïs grillé dans le quartier Tampouy, durant les vacances. Idem pour Samira, élève en classe de seconde qui dit vouloir aider ses parents à préparer sa  prochaine  rentrée scolaire. «Je me lève très tôt pour aller chercher le maïs à côté du marché de mercredi communément appelé Arb-Yaar. Je commence à partir de 8h et c’est vers 19h que je rentre à la maison, bien sûr avec la permission de mes parents. J’achète le maïs frais pour 2000 F et je peux avoir 750 à 1 000 F de bénéfice. Avec cet argent, je vais payer mes fournitures et mes parents vont se charger de la scolarité», s’exprime-t-elle toute joyeuse.

Wendemi Annick KABORE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.