INDICE DE PRIVATION DE L’ENFANCE : le Burkina Faso est classé 165e sur 175 pays.

0

La directrice de SAVE THE CHILDREN a présenté le rapport sur l’indice de privation de l’enfance au premier ministre Paul Kaba Thiéba le lundi 16 juillet 2018. Selon ce rapport, le Burkina Faso est classé 165 sur 175 pays. La question de la fin du mariage des enfants a aussi été discuté au cours cet entretien.

Le mariage précoce des enfants est une préoccupation que SAVE THE CHILDREN défend depuis des années. Pour y remédier Emilie FERNANDES, rappelle que le code des personnes et de la famille doit être révisé et voté le plus rapidement possible pour mettre fin aux mariages des enfants.

Selon ce rapport présenté au chef du gouvernement, sur 175 pays, le Burkina Faso est classé 165e. Les facteurs qui justifient ce rang sont de plusieurs ordres. Il est à relever la malnutrition, la déscolarisation et les mariages précoces qui entrainent les grossesses précoces. La représentante de SAVE THE CHILDREN affirme qu’un enfant qui se mari tôt sort de son enfance.

Elle dit avoir interpelé le premier ministre au cours de l’entretien, à s’investir davantage dans l’enfance pour continuer l’action comme il a été stipulé dans l’axe 2 du PNDES. Un axe qui met l’accent sur le bien-être de l’enfant.

Outre ces points d’échange, la structure a plaidé pour un changement législatif et de comportement vis-à-vis de l’enfant. « Nous nous réjouissons au sortie de cette audience car nous avons senti que le premier ministre est resté attentif et nous a rassuré de l’engagement du gouvernement » a laissé entendre Emilie FERNANDES .

SAVE THE CHILDREN travaille avec des ONG dans la sensibilisation des communautés particulièrement sur la question du mariage des enfants et de la privation de l’enfance .

Fiakofi Kossi(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.