Expressions culturelles transfrontalières : La culture comme moyens d’inclusion sociale  

0
ONG-terre-homme-Burkina-Niger

L’ONG Terre des Hommes a procédé le mercredi, 30 janvier 2019, à Ouagadougou, au lancement officiel du projet «  Expressions culturelles transfrontalières entre le Burkina Faso et le Niger pour la paix, l’inclusion sociale et le développement ». Ce projet vise à promouvoir l’inclusion sociale, l’épanouissement et la résilience des groupes vulnérables.

 

Le projet « expressions culturelles transfrontalières entre le Burkina Faso et le Niger pour la paix, l’inclusion sociale et le développement entre dans le cadre de concertation des associations de jeunes. Ce cadre est un dispositif qui permet aux jeunes d’être des acteurs de la mobilisation de leur communauté dont l’objectif est de promouvoir le dialogue interculturel, la diversité culturelle et le respect de la dignité des peuples. «  Dans le cadre de ce projet, nous voulons donner la tâche aux jeunes d’aller vers toutes les sensibilités de la communauté, porteuses de préoccupations différentes notamment les personnes faibles, les déplacés, les migrants  pour pouvoir parler de leurs préoccupations et les inclure » a confié Laura Amoré chef de délégation de l’ONG Terre des Hommes.

 

En effet, ce projet veut mettre l’accent sur la culture en tant que facteur du dialogue, d’inclusion sociale, de développement des compétences et de cohésion «  Nous voulons passer par le biais de  la culture comme moyen d’inclusion car la culture nous permet de nous exprimer. Cela permettra aux personnes vulnérables de s’occuper et de s’adonner à quelque chose qui leur permettra de s’exprimer au lieu de rester marginaliser dans leurs préoccupations » a signifié Laura Amoré

 

 

Par ailleurs,  ce  projet se déroulera sur  trois ans, à cheval entre le Burkina Faso et le Niger. Il ambitionne la prise en compte des jeunes, ce qui s’explique par le contexte actuel et les défis en termes de prise en compte des besoins des jeunes dans les actions de développement des deux pays, chose qui justifie aussi l’orientation du projet.

 

De façon pratique, plusieurs activités entreront dans le cadre de ce projet en vue  de l’inclusion sociale des jeunes « Nous envisageons des activités mensuelles dans le cadre de ce projet dont la scène ouverte à travers des laboratoires artistiques, ayant différentes spécialités dont la dance, le théâtre, l’oralité, le cinéma » a indiqué le chef de délégation de l’ONG Terre des Hommes. Avant de renchérir «  Tout ceux-ci  comme moyens d’expression pour promouvoir des messages positifs à la faveur de ces groupes de personnes vulnérables. C’est une mobilisation communautaires que les jeunes vont promouvoir grâce à l’art et provoqués un dynamisme, une éducation civique, une inclusion, une promotion de proximité dans le but de ne pas laisser seule les personnes vulnérables ».

 

 

Flore KINI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.