Examen du BEPC au Sahel : le contexte sécuritaire a pesé sur les effectifs

0
Examen-du-BEPC-au-sahel-le-contexte-sécuritaire-a-pesé-sur-les-effectifs
L’examen du brevet d’Etude du premier cycle (BEPC) a bien débuté ce matin au sahel particulièrement à Dori. Et tout se déroule normalement. Dans l’ensemble on constate une baisse de l’effectif par rapport aux années passées compte tenu du contexte sécuritaire.

Il est 6heure 00 minute au lycée provincial de Dori. Dans la cours de l’école d’autres élèves se font accompagner par leurs parents, d’autres par des amis. Dans les différents jurys on s’active pour les derniers réglages. Par manque de courant certains démarrent des groupes électrogènes pour la saisie des données. Dans cette école trois jurys sont installés. 6 heures 30 minutes les surveillants procèdent au contrôle des identités pour le début de l’examen du brevet d’Etude du premier cycle (BEPC). La patience et le stresse se lisaient sur le visage des candidats. Mais à l’image de fatoumata Cissé ils se disent confiant. « On a bossé durant les neuf mois. On a fait des leçons avec les exercices nécessaires pour affronter cet examen. On espère que les sujets seront abordables et que la chance nous sourira »relate t-elle.

Venu les encouragé, le gouverneur de la région du sahel Salfo Kaboré, les a invité à la sérénité et à la concentration. « Vous avez commencé depuis le primaire et aujourd’hui vous été appelé à franchir une autre étape de la vie. Quand on va vous donner les épreuves, lisez bien et commencer par ce que vous connaissez » a conseillé le gouverneur. Il est 7 h 30 minutes et voilà le premier sujet. Dictée « avec pour titre la pleine commune dont l’auteur est Baba Hama ». Selon les premiers responsables en charge de l’enseignement secondaire du sahel tout se déroule normalement bien. « A Gorom-Gorom comme à Djibo ville tout se passe bien. Pour les élèves n’ayant pu terminer les cours compte tenu du contexte sécuritaire, il est prévu d’examiner leur cas » a indiqué est le directeur régional en charge de l’enseignement Secondaire Dramane Dermé. Il a souligné que des réponses viendront des plus hautes autorités pour permettre aux autres élèves de passer les examens. Ils ont affirmé qu’il y a eu une baisse sensible des effectifs au niveau régional par rapport à l’année passée. Cela est dû au contexte sécuritaire. Pour la commune de Dori ils sont 1511 candidats pour cet examen.

Inoussa ZONGO (correspondant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.