Droit à l’énergie : la société civile milite pour la promotion des énergies renouvelables

0

La coalition nationale des Organisations de la Société Civile(OSC) pour la promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable et l’efficacité énergétique au Burkina Faso a organisé une conférence de presse le mercredi 25 juillet 2018 pour donner sa position concernant la politique actuelle de l’Etat en matière d’énergie . La coalition a formulé des suggestions pour une mise en œuvre efficace de la politique d’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique.

C’est une coalition de dix-neuf(19) organisations de la société civile (OSC) œuvrant dans le domaine des énergies renouvelables intitulée la coalition nationale des OSC pour la Promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable et l’efficacité énergétique au Burkina Faso ( CNPDER-BF) qui vient de voir le jour . Selon la coalition ,le cadre institutionnel offre une place de choix aux énergies renouvelables avec l’existence d’une direction générale dédiée au sein du Ministère de l’Energie et opérationnelle depuis 2007 et de l’Agence Nationale des énergies renouvelables et de l’éfficacité énergétique.

En outre la coalition note que les structures rattachées du ministère de l’énergie que sont la SONABEL et l’ABER pilotent des projets d’énergies renouvelables . Aussi, il existe un cadre fiscal douanier incitatif depuis 2013.Au niveau également de secteur public , on note que plusieurs autres structures qui sont impliquées dans le développement et la promotion des énergies renouvelables. Il s’agit entre autres de l’ABNORM et de l’Agence Nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

La coalition note que malgré les efforts consentis par l’Etat, des difficultés existent dans la clarification des actions sur le terrain. Il s’agit de la faible clarification des rôles de certaines structures publiques qui inhibent les initiatives dans le secteur. À titre d’exemple, la coalition a cité le cas de de l’ABNORM et de l’ANEREE. En outre, il existe une duplication de mandats de certaines structures en charge de l’énergie et l’insuffisance de coordination entre les structures publiques dans la mise en œuvre des actions .Selon Charles Didas KONSEIBO, président de la coalition, « l’absence de services déconcentrés de l’énergie et l’implication des OSC dans l’élaboration des politiques , projets et programmes en matière d’énergie doivent être prise en compte par l’Etat pour une mise en œuvre de la politique d’énergie renouvelable au Burkina Faso ».

A cet effet, la coalition a proposé entre autres: la clarification des missions des structures publiques du ministère en charge des Energies renouvelables et des services rattachés, la mise en place d’un cadre de concertation des structures publiques ouvert aux OSC pour une meilleure coordination des actions de promotion des énergies renouvelables , en fin l’implication des OSC dans l’élaboration des projets et promotion et projets de propositions de lois , les politiques , projets en matière d’énergie

Fiakofi Kossi (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.