DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CHANGEMENT SOCIAL EN AFRIQUE : EXPERIENCE D’UN JEUNE VOLONTAIRE BURKINABE

0
Avec la population la plus jeune au monde, (90% des moins de 30 ans,( Source: The World’sYoungest Populations, Euromonitor International, 2012 ) l’Afrique fait face à de grands défis. Bien que les gouvernements et les organisations internationales fournissent de gros efforts pour assurer un développement économique durable et effectif, les pays africains rencontrent toujours d’énormes difficultés. Dans le processus de développement de ce continent, la jeunesse devrait être au centre des actions. En effet, l’ancien Président des Etats Unis Robert Kennedy a dit : « les défis de notre monde exigent les qualités de la jeunesse ; pas un moment dans la vie, mais un état d’esprit, un tempérament de la volonté, une qualité de l’imagination, une prédominance du courage sur la timidité et un goût pour l’aventure au-delà de l’amour de l’aisance. » Cette déclaration montre à quel point la contribution de la jeunesse mondiale et africaine en particulier, est primordiale pour le développement de l’Afrique. Ainsi, l’un des nombreux moyens de les mettre à contribution est le volontariat. 

Le volontariat international des jeunes, qu’il s’agisse de promouvoir les échanges nord –sud, sud-sud et sud-nord pour les jeunes en Afrique, aura un impact significatif sur le développement des pays africains. En tant qu’ancien volontaire, j’ai expérimenté l’impact de mon travail et le rôle important que les autres volontaires et moi avons joué dans le processus de développement de notre communauté.

Cet article vise à montrer l’importance du volontariat de la jeunesse et lancer un appel aux institutions internationales et aux gouvernants africains pour le développement de programmes effectifs de volontariat de jeune à travers tout le continent.

 

Renforcer les capacités des jeunes et accroitre leur employabilité

L’Afrique possède la population la plus jeune du monde. Les 10 plus jeunes populations du monde sont en Afrique avec un âge compris entre 14 et 17 ans selon le Forum Economique Mondial (World Economic Forum, 2015). Selon la banque mondiale, dans 40 pays africain, environ 50% de la population a moins de 20 ans. Cela représente une immense richesse et une grosse opportunité pour le continent de se relever et assurer une nouvelle Afrique pour les générations futures. Cependant, la jeunesse africaine est la plus affectée par les défis tels que l’ignorance, l’incompétence, le chômage et l’oisiveté. En effet, 16 parmi les 20 pays au monde qui n’investissent pas assez d’effort dans l’éducation sont des pays africains, (source : UNESCO). Dans la plupart des pays africains, les gouvernements ont commencé à mettre l’accent sur le renforcement des capacités de la jeunesse. Au Burkina Faso par exemple, le ministère de la jeunesse s’est investi dans la promotion de l’entreprenariat afin de résoudre le problème du chômage. Néanmoins, la majorité des jeunes qualifiés sont toujours au chômage et luttent pour même obtenir un stage.

 

Le volontariat pourrait être un moyen pour réduire l’oisiveté de la jeunesse. Avec l’expérience, la compétence, les aptitudes et les connaissances qu’ils auraient développées, ces jeunes pourraient fortement contribuer au changement. J’étais étudiant en économie quand j’ai fait le volontariat pour la première fois avec international Citizen Service qui est un programme de volontariat du gouvernement britannique et mis en œuvre au Burkina Faso par l’ONG International Service. Ce programme permet à des milliers de jeunes ayant un âge compris entre 18 et 25 ans de relever leurs propres défis et faire la différence dans leur communauté. Pendant trois mois j’ai pu développer mes compétences en formant des personnes vivant avec un handicap en comptabilité, marketing, informatique et développer des stratégies marketing et de management pour leur organisation. En tant que Chef d’Equipe à Handicap Solitaire Burkina, j’ai mis en pratique mes connaissances en gestion des projets et des ressources humaines. Avec mon équipe, nous avons également conduit un projet sur les droits des personnes handicapés dans une zone rurale dénommée Pabré localité située à 20km de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. C’était une expérience formidable de renforcement de capacité dans la mesure où j’ai développé mes compétences tant personnelles que professionnelles.

Le volontariat est aussi une expérience d’apprentissage. J’ai eu l’opportunité d’apprendre d’autres personnes venant de différents horizons et d’améliorer ma compréhension du développement international tant théorique que pratique. Cette expérience qui n’a pas été sans défis, a changé ma vie et m’a rendu plus apte à obtenir un emploi. Du défi de la langue jusqu’au défis lié aux divergences culturelles, j’ai appris énormément et ce, chaque jour de ce placement. Plus de cents jeunes ont vécu la même expérience à travers ce programme. La promotion de ce genre de programme a un plus grand impact quand il est mis en œuvre avec des jeunes du nord et du sud. Des institutions internationales ont mis en place d’autres programmes de volontariat en Afrique (le Volontariat des Nations Unis, Peace Corps, les volontaires japonais de la JICA). Toutefois, les gouvernements locaux devraient aussi développer des programmes de volontariat de jeunes. Cela pourrait être un moyen sûr et efficace pour renforcer la capacité de notre jeunesse et contribuer à réduire le chômage et l’oisiveté des jeunes.

Développe l’engagement à apporter un changement social positif

Le volontariat ouvre l’esprit des jeunes et les rend plus conscients des problèmes auxquels leurs communautés respectives font face. Mon expérience en tant que volontaire a créé en moi un profond et permanent désire de contribuer à faire une différence significative dans ma société. Avant mon volontariat, je n’avais aucune idée sur ce que ma communauté souffrait, ni de comment je pourrai lui venir en aide. Les communautés africaines ont besoin de gens qui vont s’impliquer dans la lutte contre l’injustice sociale. En tant que volontaire j’ai travaillé à promouvoir les droits des personnes vulnérables tels que les personnes vivant avec un handicap, les femmes et les enfants. Le volontariat m’a donné un aperçu large des défis auxquels ces personnes font face dans leur vécu quotidien et j’ai contribué à rendre ce vécu meilleur.

La jeunesse africaine apportera un changement positif et bâtira des sociétés africaines fortes et justes si elle est impliquée dans le volontariat. Le Burkina Faso est l’un des pays africains qui est enchainé par l’injustice et la corruption ; une jeunesse engagée dans la construction d’une meilleure société s’avère plus qu’une nécessité. L’insurrection populaire de 2014 était en majorité composée de jeunes, et cela est la preuve que le désir du changement est réel. Mais la question est : est ce que les jeunes sont assez compétents et organisés pour entrainer un changement social ? Le volontariat est l’un des moyens de les regrouper pour un travail collectif organisé, suivi et évalué. Protester contre l’injustice peut-être un bon moyen pour apporter le changement mais travailler pour le changement en entreprenant des actions répétitives quand bien même petites et sans compter sur le soutien du gouvernement est encore plus efficace. Les jeunes ont de la compétence et de l’énergie qu’ils peuvent mettre au profit de leur communauté.

 

Contribue à l’atteinte des objectifs du développement durable.

En 2015, le monde s’est fixé 17 nouveaux objectifs à atteindre en 2030 et les gouvernements et les institutions internationales travaillent ardemment à atteindre ces objectifs. Le volontariat joue un rôle important dans l’atteinte de ces objectifs. L’une des raisons qui justifie l’importance du rôle du volontariat est que les actions de la plupart des programmes de volontariats sont concentrées dans les zones rurales. Ainsi, le travail des volontaires a un impact direct sur la vie des populations vivant dans ces zones. Leurs actions sont diverses et multiples et couvrent des secteurs tels que l’éducation, la santé, la sécurité alimentaire, le genre, la technologie, les droits humains, l’environnement…

International Citizen Service (ICS) est présent dans les pays comme le Burkina Faso et vise à réduire l’inégalité et promouvoir le droit des personnes vulnérables. Les volontaires de la JICA et de Peace Corps interviennent dans le domaine de la santé et de l’éducation. Des programmes similaires sont menés dans d’autres pays africains, mettant en valeur l’expertise et l’engagement social des jeunes. En reconnaissant le potentiel du volontariat des jeunes et le besoin de créer un forum mondial pour les jeunes, l’assemblée général des Nations Unies a établi et mandaté le Programme de Volontariat des Nations Unies en 1970 afin de promouvoir le volontariat, la paix et le développement mondial. Le volontariat prépare les plus jeunes générations à exercer leurs droits et à devenir des acteurs contributifs de leurs sociétés. Le but ultime étant de susciter l’engagement des jeunes dans les problèmes globaux, le développement humain durable, faire entendre la voix des jeunes dans le discours sur le développement et aider les jeunes à réaliser leur potentiel humain, économique et social. Le volontariat doit être une priorité dans les décisions politiques de l’Afrique afin de garantir une Afrique meilleure pour les générations futures.

Promeut la paix à travers la diversité et l’échange culturel

Le volontariat est aussi une question d’intégration. La plupart des programmes de volontariat priorise l’échange interculturel. Des jeunes venants de différents horizons, culture et société travaillent ensemble pour atteindre un objectif commun. Cette diversité favorise la tolérance à travers la compréhension culturelle. Grâce au volontariat j’ai appris à vivre avec les gens venant de différents pays. Cette expérience à ouvert mon esprit à une perspective globale. J’ai appris des autres cultures, et compris que nous sommes différents et que cette différence est une immense richesse.

L’Afrique est le continent de la diversité avec 54 pays et plus de 1000 groupes ethniques. Malheureusement cette diversité de culture est cause de violence extrémistes et de fréquents conflits ethniques (Hutu et Tutsi au Rwanda, Igbo et Yorouba au Nigeria, Dioula et Baoulé en Côte d’Ivoire etc.). Le volontariat pourrait être le meilleur moyen de lutter contre les divisions sociales à travers les échanges culturels nord-sud, sud-sud, sud-nord et promouvoir la paix durable et l’unité à travers le continent.

Une expérience qui change la vie.

J’étais en deuxième année d’université quand j’ai fait mon volontariat pour la première fois. Comme de nombreux africains de mon âge je n’avais aucune ambition spécifique. J’étais juste préoccupé par le fait de finir mes études et d’avoir un emploi. Après seulement trois mois de volontariat, j’ai été capable de définir clairement mon chemin et de me fixer des objectifs de vie. Je ne suis pas devenu une personne différente mais plutôt une personne meilleure, avec une vision claire et des objectifs de vie SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes et Réalisables dans le Temps). J’ai également amélioré mes compétences personnelles et professionnelles afin d’atteindre les objectifs que je me suis fixé. En termes de développement personnel, le volontariat a amélioré mon habilité à travailler en équipe dans un environnement multiculturel et renforcé mon leadership et ma confiance en moi. J’ai aussi perfectionné mon habilité à communiquer et le control de soi. Sur le plan professionnel, j’ai développé mes capacités à initier, innover, planifier, suivre et évaluer toute activité. J’aimerai faire carrière dans le Développement International ; cette expérience m’a enseigné comment gérer un projet et une équipe. Enfin c’était une opportunité de me faire de nouvelles connaissances et de voir le meilleur en elles. Dorénavant, je suis plus confiant et positif en ce qui concerne mon avenir et celui de ma communauté.

 

Ces compétences professionnelles et personnelles sont ce qui manque à la jeunesse africaine de nos jours. Ils sont des millions à errer dans les rues, qui se réveillent chaque matin sans aucun objectif, ni pour eux-mêmes ni pour leur communauté. Ils sont ligotés dans une routine, de dépendance à la drogue, au sexe et à l’alcool pendant que le continent à besoin d’eux. Le volontariat est l’une des solutions pour façonner leurs vies, leur donner une bonne raison de vivre et de les former à devenir les leaders de demain. Le volontariat est également un lieu d’apprentissage pratique et créera une génération de jeunes qui ont la capacité d’innover et créer un change positif en Afrique.

Créer des citoyens actifs

J’ai passé trois mois comme volontaire et six mois en tant que chef d’équipe. Après cette expérience, j’ai rejoint le groupe des anciens volontaires afin de continuer à impacter sur ma communauté. Plus que jamais je me sens responsable de ma communauté. J’ai eu à faire des activités individuelles et collectives. Aussi petites qu’elles aient été, ces activités ont sans aucun doute contribué au développement de mon pays.

Le volontariat crée des citoyens actifs qui ont un sens de la responsabilité et de l’engagement, celui de faire la différence partout où ils sont. L’on est volontaire une fois, mais l’on reste volontaire toute la vie. Les jeunes seront connectés au sein d’un énorme réseau. Faire partir du groupe des anciens volontaires maintiendra à tout moment l’engagement des jeunes et leur motivation commune de changer l’Afrique. Les jeunes vont interconnecter au sein d’un réseau immense et diversifié. Ils auront accès à une multitude de ressources qui pourront donner naissances à de beaux partenariats. Dans quelques années, les jeunes d’aujourd’hui tiendront les rennes du continent. C’est donc maintenant que nous devons tout mettre en œuvre pour s’assurer qu’ils développent le sens de la responsabilité et de l’éthique, de l’engagement réaliste et du sacrifice pour le bien être des générations futures.

 

Cyrille Wendyanaba Korentin Zongo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.