Communauté musulmane : le jeûne fini, place à la fête

0

 Ce 13 mai marque le 30e jour du jeûne de la communauté musulmane du Burkina Faso, et la célébration de l’Aïd El Fitr ou la fête du ramadan. Après ces jours de pénitence, des fidèles musulmans se sont réunis à la place de la nation de Ouagadougou comme un peu partout d’ailleurs, pour implorer la grâce du Seigneur. Ils ont demandé à Allah (Dieu), de restaurer la paix au Burkina Faso, afin que les populations puissent vivre en parfaite harmonie.

Les fidèles musulmans du Burkina Faso fêtent ce 13 mai 2021, la fête du ramadan ou l’Aïd El Fitr, qui marque la fin d’un mois d’intense piété et de recueillement spirituel. A Ouagadougou la capitale du pays des hommes intègres, ils étaient plus de mille ces fidèles en boubous blancs ou noirs, à inonder la place de la nation, pour la prière matinale, avant la fête proprement dite. Ils ont prié pour la paix, la santé et la réconciliation nationale au Burkina. Une prière qui a connu la présence de personnalités comme le ministre d’État, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation Clément Sawadogo, représentant le gouvernement ainsi que du cardinal Philippe Ouédraogo de la communauté catholique.

« La fête du ramadan nous rappelle l’invocation du Seigneur dans toutes les circonstances, afin qu’il nous vienne en aide. C’est pourquoi les Burkinabè doivent se tenir  main dans la main pour une nation de paix où il fait bon vivre », a déclaré El Hadj Abdallah Ouédraogo qui a dirigé la prière. Pour lui, c’est la prière qui peut amener les gens au-delà de leurs égaux, de l’individualité. Et de soutenir que c’est l’union qui fait la force.

Les autorités -ont-pris-part
Alassane Bala Sakandé, président de l’Assemblée nationale

Pendant les 30 jours de jeûne, les musulmans disent avoir prié pour le monde entier. « Durant ces jours de jeûne , nous avons prié pour nous même, nos familles, le Burkina Faso et le reste du monde. Nous avons aussi prié pour qu’il y ait la cohésion sociale dans notre pays », a fait savoir le président de l’Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé. « Nous avons foi que la paix reviendra au Burkina Faso », a-t-il dit.

Parlant au nom du gouvernement, le ministre d’État, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, Clément Sawadogo a indiqué que les musulmans se sont investis dans la prière, pour la cause du pays. Pour ce faire, le gouvernement dit-il marque sa solidarité avec eux, dans la recherche de la vie en symbiose entre les différentes communautés religieuses.

Les -catholiques-ont -repondu-present
Le cardinal Philippe Ouédraogo

Après qu’une délégation musulmane ait effectué un déplacement chez lui en résidence pour la rupture du jeûne, le Cardinal Philippe Ouédraogo était une fois de plus aux côtés de ses « frères et sœurs » musulmans, pour montrer combien la solidarité entre communautés religieuses est une vertue. « Au nom de la communauté catholique, je souhaite mes meilleurs vœux à nos frères et sœurs musulmans », lance-t-il, avant de signifier que la fête du ramadan appartient à tout le monde. « Nous sommes les enfants d’une même maison. Donc bâtissons ensemble des ponts solides, en commençant par détruire les murs de haine et d’incompréhension. Au-delà de nos différences religieuses ou ethniques, nous devons cultiver la confiance entre nous », a conclu le Cardinal Philippe Ouédraogo.

Nicolas Bazié

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.